200 délits de fuite chaque jour en Belgique

Véritable sport national, le délit de fuite sera plus sévèrement puni. C'est en tout cas ce qui a été annoncé à l'occasion de la "Semaine sans délit de fuite". 

"Les délits de fuite sont un fléau sur nos routes", confirme François Bellot. - Belga/Jean-Luc Flémal

Les chiffres sont hallucinants. L’année dernière, 27 personnes ont été tuées, 223 gravement blessées et 4.508 légèrement lors d’accidents avec délit de fuite. Ce qui représente plus d’un accident corporel sur dix et quelque 200 délits de fuite constatés chaque jour en Belgique. Un phénomène qui, comme son nom l’indique, échappe le plus souvent aux poursuites. En 2015, « seules » 850 personnes ont été condamnées. Quant au mobile du crime, on ne tombera pas de notre chaise en apprenant que 42% des auteurs interpellés conduisaient sous l’influence de l’alcool ou de stupéfiants tandis que 16% des fautifs n’étaient pas en ordre de permis de conduire ou d’assurance.

Trois ans de prison

« Les délits de fuite sont un fléau sur nos routes », confirme le ministre fédéral de la Mobilité et des Transports François Bellot. A l’occasion du lancement d’une campagne de sensibilisation organisée par l’asbl Rondpunt et l’Institut Belge pour la Sécurité Routière (IBSR), le ministre fédéral de la Mobilité et son homologue à la Justice, Koen Geens, avertissent: les auteurs de délits de fuite seront plus sévèrement punis. Concrètement? Parmi les mesures qui seront prochainement présentées au conseil des ministres, épinglons le relèvement des peines maximales pour délit de fuite de deux à trois ans de prison en cas d’accident corporel, l’allongement du délai de prescription ou de la peine des récidivistes.

De bonnes mesures, peut-être, si elles n’intervenaient pas dans le contexte d’une Justice déjà exsangue… Voilà pourquoi la prévention reste encore la meilleure –et la moins coûteuse- des solutions. Ce lundi, l’IBSR et Rondpunt ont donc inauguré la « Semaine sans délit de fuite » et invitent le public à manifester son engagement personnel, voire à témoigner, sur les réseaux sociaux et sur le site www.jemarreteapresunaccident.be. A bon entendeur. 

Harold Nottet (avec Belga)

Plus d'actualité