Audrey Tautou: “Je ne perds jamais. Soit je gagne, soit j’apprends”

Audrey Tautou a signé pour le magnifique Éternité, dont la singularité tranche dans le paysage actuel, plus habitué au copier-coller qu’à l’audace. Une habitude chez une actrice qui dit volontiers briser les règles.

illus3716_tautou_belga

Feu follet du septième art hexagonal prenant un malin plaisir à ne jamais trop revenir là où on l’attendrait, Audrey Tautou se réjouit logiquement d’avoir embarqué pour Éternité, nouveau fait d’armes de Tran Anh Hung (Cyclo, L’odeur de la papaye verte…), privilégiant la méditation à l’action, et la délicatesse à la vitesse! Bref, un film qui “va en tout cas bousculer le spectateur”, précise Tautou! “J’aime l’idée que le cinéma attaque un peu les certitudes de Monsieur-tout-le-monde, précise-t-elle. Car ce brave public adore dire qu’il veut de l’imprévu au cinéma. Mais dès que l’on sort un peu des clous, il s’empresse de retourner vers les blockbusters américains! Bref, il faudrait qu’il sache, le public”, conclut-elle avec le sourire malicieux de la gamine très fière de son mauvais coup! “Me faire imprévisible le plus souvent possible est l’un de mes critères de choix fondamentaux. Je ne dis pas que je balance tous les scénarios dits ‘classiques’, mais quand même… ”
De fait, Éternité n’est pas classique, mais, par contre, franchement classieux. Chaque image de cette saga familiale alanguie sur plusieurs générations est composée comme un tableau, magnifié par un trio d’actrices (Audrey Tautou est accompagnée de Bérénice Bejo et de Mélanie Laurent) dont l’unique objectif est de donner corps au passage du temps. Il en sort donc un film lent et planant, pas spécialement destiné aux fans de Vin Diesel. Un ovni, donc, qui va forcément diviser. Mais n’a d’autre prétention que de se laisser contempler. “Et la contemplation, c’est devenu une vertu rare de nos jours”, complète Tautou, elle-même en train de s’extasier devant les toits parisiens que l’on voit à travers les fenêtres de l’hôtel où elle accorde audience. “En dessous de chacun de ces toits, il y a une famille, avec ses bonheurs, ses soucis, son histoire… c’est dingue quand on y pense, non? ” Puis, changeant totalement de sujet: “Finalement, si la plupart des films qui sortent font preuve de peu d’audace, c’est peut-être parce que le public n’y tient pas trop! Alors, avec celui-ci, on est mal barrés…” (Rires.)
Quel est le trait d’audace principal d’Éternité?
Audrey Tautou – Pour moi, en tant qu’actrice, c’est de se lancer dans un projet aussi mystérieux et fort. Avec l’idée que l’on va être mise en scène par un réalisateur qui aime les femmes, les met en valeur, et en dresse un portrait sensible. Réunir trois actrices, Mélanie Laurent, Bérénice Bejo et moi, dans un même film qui raconte les femmes, la maternité, le couple, reste peu ordinaire dans le cinéma français. Je pense que nous étions les trois bons choix. (Rires.) Car nous possédons toutes une forme de recul salvateur vis-à-vis de ce métier, et une indépendance farouche. Moi, je mène ma vie comme je l’entends, je ne fais les choses ni pour l’image, ni pour l’argent. Et je ne pratique pas la stratégie, même si cela peut parfois m’isoler…

La suite dans le Moustique du 14 septembre 2016

Sur le même sujet
Plus d'actualité