Un Balthazar en solo

Maarten Devoldere laisse parler son cœur sur le premier album de Warhaus.

illus3616_immqwarhaus_frederikbuyckx

Comme souvent dans la vie d’un groupe de rock, les pauses-carrière marquent des envies d’échappée solitaire. En fin de tournée, Balthazar voit ainsi son chanteur Maarten Devoldere s’inventer sous l’enseigne Waehaus. Enregistré à bord d’un bateau transformé en studio, l’album “We Fucked A Flame Into Being” s’est dessiné sur les eaux gantoises avant d’émerger sur le continent européen. “Ça fait six ans que je prépare ce disque, explique le grand blond aux chaussures noires. Pendant nos tournées, j’écrivais des textes assez personnels. J’ai vite pigé que Balthazar n’était pas le lieu idéal pour dévoiler mon intimité.”

Le premier essai de Warhaus trouve son nom dans les pages de L’Amant de Lady Chatterley, un classique de la littérature anglo-saxonne. Au centre du récit, une aristocrate mariée et un homme de la classe ouvrière s’unissent contre l’avis de la société bien-pensante. “À travers mes chansons, je célèbre les mystères de l’amour. Comprendre les rouages de la mécanique du cœur, ce serait prendre le risque de s’ennuyer en couple pour le restant de ses jours. Contrôler ses sentiments, c’est impossible. L’attrait inexplicable que l’on éprouve pour l’autre, c’est toute la beauté du truc.” Le charme vénéneux des morceaux de Warhaus tient aussi aux chœurs envoûtants de Sylvie Kreusch, la chanteuse du groupe Soldier’s Heart. “J’aime sa présence, la naïveté qui se dégage de sa personnalité. Elle semble inconsciente de son pouvoir d’attraction. Et puis, j’adore sa voix. Elle contraste parfaitement avec la mienne.” Timbre rauque, éraillé et distingué, Maarten Devoldere marche sur les pas de Leonard Cohen et suit l’ombre de Nick Cave à la trace. Perché par-dessus son micro, l’artiste emploie un ton nonchalant qui contraste rigoureusement avec la profondeur des chansons (Leave With Me, The Good Lie).  C’est parfois déchirant, mais toujours touchant. Excellent.
Nicolas Alsteen
WE FUCKED A FLAME INTO BEING,  Warhaus, [PIAS].
Le 14/10 au Reflektor, Liège. Le 15/10 à l’AB, Bruxelles,  le 31/10 aux Beautés Soniques, Namur.

Sur le même sujet
Plus d'actualité