Caterpillar: comment en sortir… 

Au moment où l’on fête les 350 ans de Charleroi, au moment où l’on parle du réveil carolo, la fermeture du site de Caterpillar de Gosselies fait valser 2.200 emplois à la poubelle. Que peuvent faire la Wallonie et la Belgique pour réduire à l’avenir le risque de telles vagues de licenciements?

illus3616_caterpillar_belga

Entre incrédulité et résignation, les ouvriers de Caterpillar, habitués à un labeur de haute précision et à des standards d’excellence, sont crucifiés depuis vendredi. Deux jours plus tard, dimanche, ils sont nombreux à s’être réunis l’après-midi aux abords du site. “Nous avons fait des efforts de flexibilité. Nous ne pouvions pas l’être plus”, martelle Jacques, 40 ans, dégoûté. “Comment travailler encore plusieurs mois dans de telles conditions?” Aux abords de cette place forte de la région de Charleroi, au-delà des 4.000 familles des employés, d’autres hommes et femmes sont frappés par cette annonce. Plus de 5.000 emplois indirects en Wallonie, à Bruxelles, en Flandre et en France risquent d’être supprimés. Des sociétés comme Yusen, Carwall, Cediwal… pourraient aussi prendre des mesures rapides. “L’impact se fera hélas également sentir chez de nombreux sous-traitants”, ne cache pas, Thierry Castagne, directeur général d’Agoria Wallonie. On parle de 350 indépendants et PME. 
Depuis 1965, l’arrivée de Caterpillar a marqué une région qui vivait du charbon, de l’acier et du verre… Jusqu’à 4.450 travailleurs sur 98 hectares, à un moment donné. Près de 97% de la production était exportée. Mais pour les décideurs américains, il est devenu plus rentable de faire tourner une usine à plein plutôt que deux à moitié… Grenoble sourit et Gosselies pleure. Le groupe Caterpillar, en 50 ans, a joué son rôle de relais entre les mines, les nouvelles technologies et les biotechs d’aujourd’hui aux abords de l’aéroport. 

Manifester pour se faire peur? 

Les fermetures de Ford en Flandre, VW à Bruxelles ou Duferco en Wallonie ont séché leurs larmes mais toutes les plaies ne sont pas pansées. La Wallonie se cherche donc de nouveaux sauveurs. Des grands groupes? Pourquoi? La nouvelle reconversion peut s’appuyer sur l’économie numérique et de l’économie circulaire notamment. Les start-up innovantes et les patrons entreprenants ne manquent pas dans la région. Les universités et les centres de recherche issus de grands groupes internationaux non plus. La logistique est l’un des poumons d’une Région qui peut compter aussi sur le transport aérien, les routes, les fleuves et les chemins de fer… Il convient de coupler à cela la qualité de la formation tout au long de la vie. Est-ce possible? Oui, mais un premier acte doit alors être posé. Fini l’image de la Wallonie des piquets de grève qui fait le tour du monde comme en 2015 et encore cette année. Des grèves qui pourraient avoir à terme raison de sociétés comme IBM en Flandre ou GSK en Wallonie (même si cette dernière garde heureusement beaucoup de recherches et de développement en Belgique). Les grèves ne sont évidemment pas les seules responsables. Prendre un dividende “par plaisir” est une faute humaine grave! Certains actionnaires n’ont plus de conscience où alors elle est cachée au fond de leur tiroir-caisse.

Gosselies qui meurt et Gosselies qui vit

Pour des milliers de Flamands et de Bruxellois, Gosselies est représentée par un aéroport avec des avions qui survolent Caterpillar. Ce site abrite 3.000 emplois directs (BSCA, horeca, sécurité…), à côté d’un magnifique et innovant Biopark, avec des sociétés d’avenir comme Bone Therapeutics, Delphi Genetics, DNA Vision, OncoDNA, et l’Institut de pathologie et de génétique (IPG) sans oublier la Sabca et la Sonaca. Pour Agoria, la Fédération de l’industrie technologique comme la Sonaca ou Alstom à Charleroi ou CMI ou Safran Aero Boosters (ex-Techspace Aero) les industries qui tirent leur épingle du jeu chez nous sont celles “d’entreprises où le management a une capacité d’action sur la stratégie de l’entreprise…” ou alors des sociétés qui vivent dans des marchés de niches comme IBA ou EVS.

La suite dans le Moustique du 7 septembre 2016

Sur le même sujet
Plus d'actualité