Le TTIP, bientôt un mauvais souvenir?

Après le ministre allemand de l'économie, c'est le gouvernement français qui annonce la fin des négociations sur le traité transatlantique. Ils évoquent des normes américaines trop laxistes…

isopix_22602899-001

Le partenariat transatlantique de commerce et d’investissement entre les Etats-Unis et l’Union européenne, appelé aussi TTIP ou TAFTA, est un accord qui vise à créer la plus grande zone de libre-échange du monde. Ce dernier toucherait ainsi plus de 820 millions de consommateurs et représenterait 50 % du PIB mondial.

Que prévoit le TTIP?

Le traité transatlantique est censé réduire au maximum les droits de douanes afin de faciliter les importations, les exportations, mais aussi les investissements outre-Atlantique. Il vise également à harmoniser les réglementations entre l’Europe et les Etats-Unis dans différents secteurs allant de l’automobile à la cosmétique en passant par l’industrie pharmaceutique, l’agriculture et les produits chimiques.

Pourquoi ne fait-il pas l’unanimité?

Lancées en 2013, les négociations autour du traité transatlantique ont tout de suite commencé dans le plus grand secret. Les députés européens ont même dû attendre fin 2015 pour être autorisés à en consulter les documents, sous conditions (surveillance permanente lors de la consultation, impossibilité de rentrer avec un téléphone portable, etc.). Ce qui n’a évidemment pas rassuré bon nombre de citoyens européens.

De plus, ce traité devrait avoir une plus grande valeur juridique que les législations nationales. Les militants anti-TTIP craignent ainsi que cet accord protège les grandes entreprises multinationales au détriment des citoyens européens. Mais aussi qu’il revoit à la baisse les normes européennes, généralement plus strictes que les normes américaines, causant de potentiels dangers pour la santé humaine et l’environnement. Dans le secteur agricole, par exemple, les détracteurs du TTIP appréhendent la fin de certaines barrières sanitaires comme la traçabilité des produits et l’arrivée de produits génétiquement modifiés sur le marché européen (poulet au chlore, bœufs aux hormones, etc.).

Le TTIP est-il définitivement enterré?

Le ministre allemand de l’économie a en tout cas donné le premier coup de pelle en affirmant que les négociations avaient « pratiquement échoué, même si personne ne l’admet vraiment ». Le secrétaire d’État au Commerce extérieur français Matthias Fekl en a donné un autre en annonçant sa volonté de stopper les négociations dès le mois de septembre. La Commission européenne, en charge des négociations, espère malgré tout encore pouvoir aboutir à un accord. Mais sans le soutien des deux plus grandes nations européennes, son combat semble perdu d’avance… 

Sur le même sujet
Plus d'actualité