Banc solaire, machine à cancer?

Pour garder une peau hâlée toute l’année, certains optent pour les cabines de bronzage. Or, ces salons augmenteraient les risques du cancer de la peau de 75 %.

illus3216_soleilsante_belga

Faut-il interdire l’usage des bancs solaires en Belgique? Le Dr Brigitte Boonen, spécialiste en prévention solaire à la Fondation contre le cancer, répond sans hésiter par l’affirmative. “Leur seul et unique avantage est de rendre votre peau brune.” Si cet aspect peut améliorer la perception de soi-même et, parfois, permettre aux individus de se sentir mieux dans leur peau, sur le plan médical, il n’y aurait aucun doute: les bancs solaires sont nocifs pour la santé. “Les rayons ultraviolets du soleil reproduits par ces machines sont en fait beaucoup plus intenses que les UV naturels, même s’ils respectent les limites imposées par la loi. Les bancs solaires ont un index de 12 UV, contre 7 ou 8 maximum pour le soleil belge. Soit l’équivalent d’un soleil tropical. Cela dégrade évidemment la peau.” 
De nombreuses études scientifiques le prouvent. “Et il suffit d’une séance pour risquer un cancer de la peau! Il ne faut pas croire ceux qui disent que si c’est temps en temps, moins de dix fois par an, alors ça va. Je vous garantis que c’est faux.” Les brochures et sites web des solariums ne font toutefois que peu mention de ces dangers. 

Au lieu de ça, on peut souvent y lire leurs bienfaits: l’exposition aux UV conduit à la production de vitamine D dans la peau, ce qui est excellent pour éviter les maladies osseuses; les bancs solaires aident à combattre l’acné par le dessèchement de la peau; ils permettent de préparer la peau au soleil naturel, favorisent la circulation sanguine… “Tout cela est en partie vrai, mais à côté des dangers, ça ne vaut pas le coup. D’abord, la vitamine D, par exemple, se produit beaucoup plus lentement. Et je rappelle qu’il suffit de sortir de chez soi 30 minutes par jour en exposant uniquement son visage et ses bras pour en produire en suffisance.” Les cabines de bronzage augmenteraient même de 75 % les    risques de cancer de la peau! 

Ainsi, en Australie, la pratique est déjà devenue illégale. En France et au Brésil, les autorités médicales et politiques évoquent réellement la possibilité d’interdire les bancs solaires. Chez nous, la Fondation pour le cancer s’est encore prononcée au mois d’avril pour cette interdiction. Mais en Belgique, la loi est déjà plus stricte que chez nos voisins. Les bancs  solaires sont interdits aux mineurs d’âge et les lampes       doivent être régulièrement changées. 
De plus, selon une étude menée par Euromelanoma Europe, l’académie européenne de dermatologie et de vénérologie (EADV), près de 40 % des femmes de moins de 35 ans utilisent régulièrement des bancs solaires à hauteur de 20 séances par an. Au total, plus d’un million de Belges de 15 à 65 ans utiliseraient le banc solaire au moins une fois chaque année. Avec de tels chiffres, l’académie estime qu’un      Européen sur six développera un cancer de la peau au cours de sa vie. Les Belges continuent pourtant à se rendre en masse dans les solariums. Et en attendant, le nombre de nouveaux cas de cancer de la peau, parfois mortel, augmente chaque année de 13 %, soit environ 30.000 nouveaux  diagnostics annuels!  

Plus d'actualité