Les courants alternatifs

Les tarifs énergétiques grimpent. Mais la résistance s’organise. Des courtiers en énergie proposent désormais d’alléger vos dépenses en gaz et électricité en recherchant le contrat le mieux adapté à vos besoins.

illus3216_energie_belga

Pour garder la maîtrise de ses compteurs, rien de tel que de comparer régulièrement les offres des fournisseurs. Un simple clic sur le simulateur de la Commission wallonne pour l’Énergie (CWaPE) ou sur Brusim, celui du   régulateur bruxellois pour l’énergie (Brugel), permet une vision objective du marché. Le verdict affiche souvent de belles surprises, avec des différences de 100 à 270 euros par an pour un ménage moyen. Mais, malgré la    libéralisation du marché en 2007 et l’apparition de “petits opérateurs” – de plus en plus concurrentiels sur les prix -, trop peu de Belges osent le changement.
Résultat: depuis l’augmentation de la TVA en septembre 2015 (elle est repassée de 6 à 21 %), et l’augmentation des tarifs de réseaux de distribution, en janvier dernier, les ménages belges ont vu, au cours du deuxième trimestre de l’année en cours, leur facture d’électricité augmenter de 40,6 %! Une hausse d’ailleurs nettement plus marquée en Flandre qu’en Wallonie où un ménage moyen, consommant quelque 3.500 kWh en mono-horaire, a vu sa facture passer de 776,48 à 867,52 €, soit une hausse de 11,7 %.  À Bruxelles, cette augmentation s’est limitée à 6,2 %.
Face à ce constat, la résistance à la grimpette s’organise de plus en plus en mode connecté. On connaissait déjà les plateformes d’achats groupés et les thermostats intelligents. Mais ces derniers mois, différents acteurs aux idées fraîches ont fait leur apparition. Leur rôle: conseiller les clients, entreprises et particuliers, pour savoir quel fournisseur leur convient le mieux. “Plus de 70 % de la population belge possède ce que l’on appelle un ”contrat dormant”. Ils ont signé leur contrat il y a quelques années, et n’en ont jamais changé. Or, si l’offre de départ est souvent très attractive pour appâter le client, dès qu’ils arrivent à l’échéance, ces contrats sont renouvelés tacitement et basculés dans des conditions de marché moins favorables”, lance Derek Ralet, patron de la plateforme   Mr Énergie, qui se revendique comme premier “courtier en énergie” du royaume.

Zéro euro de service

Créée à la fin de l’année 2014 par trois jeunes trentenaires, cette petite PME propose aux consommateurs d’analyser leurs factures et de basculer leur contrat vers le fournisseur le moins cher, ou le plus adapté. Ceci en fonction de critères, tels que la situation géographique ou les habitudes de consommation. “On s’occupe autant de la gestion des contrats que de la négociation des offres, des transferts de fournisseur, et de la veille permanente du marché”, explique Derek Ralet. À trois mois de l’échéance, le client reçoit un mail avec les offres qui correspondent le mieux à son profil. Coût du service? Zéro euro.
“Contrairement à une série de comparateurs de prix en ligne et de groupements d’achat, nous sommes indépendants à 100 % et nous ne touchons pas de commission  directe des fournisseurs. Uniquement 20 euros par compteur acquis, quel que soit le fournisseur, souligne Derek Ralet. Ce business model nous permet de maximiser les gains pour le client. Mais aussi de le prendre en charge sur la durée, année après année. Dès que son profil permet de faire des économies ailleurs, nous l’incitons à changer de fournisseur.”

La suite dans le Moustique du 10 août et sur notre kiosque en ligne

Sur le même sujet
Plus d'actualité