Ronquières 2016: Jain toute en fraicheur

Première journée sous un soleil omniprésent au bord du canal Bruxelles-Charleroi. Jain a impressionné et Puggy a assuré en patrons.

28700639432_b85524f2f1_k

Là où il y a de la Jain, il y a du plaisir! Programmée en milieu d’après-midi, la française a livré un show énergique et a réveillé un public un peu mollasson à l’heure du goûter. Peut-être assommés par le franc soleil qui régnait au pied du plan incliné, les festivaliers ont accueilli avec enthousiasme le concert rafraichissant donné par la jeune femme. Franche et dynamique, elle a tout donné pendant une heure ne se laissant voler la vedette qu’à de rares reprises quand un navire empruntait le colosse de béton. Pop, électro, reggae elle a navigué entre les genres et n’a pas ménagé ses efforts pour emmener les spectateurs de la scène tribord dans son univers haut en couleurs. Sa sincérité a fait mouche surtout quand elle a offert une nouvelle composition « Paris » appuyée par les symboles de pays diffusés sur ces cinq écrans. La chanson « qui a pris une tournure particulière depuis novembre » dixit la Toulousaine, a été l’un des meilleurs moments de sa performance et elle a réussi le tour de force de rassembler sans plomber l’ambiance. Faisant preuve d’une aisance impressionnante, elle a mis le public à contribution en enregistrant une boucle avec quelques personnes du premier rang pour s’en servir quelques instants plus tard. Jain, 24 ans, a confirmé qu’il faudrait compter sur elle pour les années à venir.

Programmé en prime time, Puggy dont c’était la deuxième apparition à Ronquières, a rameuté la grande foule, toujours à tribord. De retour avec leur nouvel album « Colours »  le groupe a fait l’unanimité face à une assistance acquise à sa cause. Les tubes (Lonely Town, When You Know) repris en choeur, se sont enchainés dans une ambiance à son paroxysme et on a senti que les garçons jouaient « à domicile ». Quelques dizaines de minutes après ce concert maitrisé, les festivaliers se sont époumonés sur un Happy Birthday pour le festival qui fête ses cinq ans. Cerise sur le gâteau: le mapping hallucinant de Dirty Monitors projeté sur la tour du plan incliné. Pendant un quart d’heure, les trompe-l’oeil futuristes ont régalé la foule attentive à la création des Carolos avant que la belle Selah Sue ne fasse son entrée. De quoi ponctuer une première journée qui n’a pas été un long fleuve tranquille. 

Sur le même sujet
Plus d'actualité