Les cinq « Trumperies » qui ont miné la campagne républicaine en une semaine

Entre le 27 juillet et le 3 août, le richissime candidat à la présidentielle a vécu la pire semaine de sa campagne.

isopix_22600657-003

 

1. Le déshonneur des Khan

Jeudi, à la clôture de la convention démocrate nationale d’Hillary Clinton, Khizr Khan et sa femme Ghazala, parents d’un soldat américain et musulman tombé au combat en Irak, sont montés à la tribune. Khizr a dénoncé les politiques anti-migratoires de Trump, l’a accusé de n’avoir fait aucun sacrifice pour son pays et, brandissant une constitution, a demandé : « L’avez-vous seulement lue ? ». Le candidat à la langue aussi touffue que la coiffure n’a pas pu s’empêcher de rétorquer : « J’ai fait beaucoup de sacrifices, j’ai créé des milliers d’emplois, construit de grandes structures (…), je pense que j’ai fait beaucoup », et d’ajouter « Elle (Ghazala Khan) ne disait rien. Elle ne pouvait peut-être pas ». La réponse déplacée et les sous-entendus islamophobes du candidat ont provoqué un tsunami de reproches, y compris chez ses alliés républicains.

 

2. Les traîtres républicains

Richard Hanna, élu républicain au congrès, a annoncé mardi qu’il voterait… Clinton. Plusieurs républicains avaient annoncé qu’ils ne soutenaient pas le candidat et de nombreux autres avaient décrié ses déclarations envers la famille Khan (notamment Paul Ryan, président de la Chambre, Mitch McConnel, leader de la majorité au Sénat et John McCain, ancien candidat). La CEO de HP, importante donatrice du parti républicain a également officiellement préféré Clinton à Trump.

 

3. La Purple Heart 

Quand un ancien soldat lui avait offert sa propre récompense militaire destinée aux soldats blessés ou morts au combat, Trump avait déclaré « j’ai toujours voulu avoir une Purple Heart ». Seulement lundi le New York Times a publié un papier expliquant que le candidat avait échappé à l’enrôlement pour le Vietnam grâce à un certificat médical d’origine douteuse, contredisant ainsi ses précédentes déclarations patriotiques. 
 

4. Melania Trump

Jeudi, le site melaniatrump.com a disparu de la toile. Selon Mme Trump, elle ne « reflétait plus ses occupations et ses intérêts professionnels actuels ». En réalité, le site la gratifiait d’un diplôme de design et architecture qu’elle n’a jamais obtenu. Et ce, alors qu’on venait de découvrir qu’elle avait plagié un discours de Michelle Obama lors de la convention républicaine…

 

5. La Russie à géométrie variable

Samedi, Trump tonnait : « Poutine n’ira pas en Ukraine ! » Et, après avoir été informé qu’il y était déjà: « Les gens en Crimée, de ce que j’ai entendu, préfèrent être en Russie que là où ils étaient ». 

A l’issue de cette semaine, le candidat républicain a subi un net recul dans les sondages. Probablement un complot. Car Trump a prévenu ses partisans : «en novembre, soyons vigilants, car les élections seront truquées».

 

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité