Dès lundi, nous vivrons à crédit

La totalité des ressources que notre planète peut produire en un an sera épuisé ce lundi. Une tendance à vivre au-dessus de nos moyens qui ne s'améliore pas. Moustique vous donne quelques conseils pour réduire la cadence.

jour_du_depassement

Le 8 août sera une bien triste date. À partir de lundi, nous aurons épuisé l’ensemble des ressources que la planète peut nous offrir en un an. Un seuil qui est dépassé de plus en plus tôt depuis les années 70 ou ne vivions à crédit qu’à partir du 23 décembre « seulement ». La tendance ne semble pas s’améliorer puisque l’humanité se trouve en position bio-déficitaire cinq jours plus tôt que l’année dernière. Principale cause de cette surconsommation: l’émission de gaz à effets de serre qui dépasse la quantité que les forêts sont capables d’absorber et qui représente 60% de notre empreinte écologique. Le Global Footprint et le WWF tirent la sonnette d’alarme et les scénarii dressés par les deux ONG font froid dans le dos. Le nombre de planètes terre dont l’humanité aurait besoin pour assurer son train de vie pharaonique déjà égal à 1,6 atteindra 2,25 en 2050 si des changements radicaux ne sont pas engagés. Selon le rapport des 450 experts climatologiques, la Belgique fait figure de très mauvais élève en la matière puisque notre empreinte écologique atteint 530% de notre bio capacité, ce qui fait de nous le 11ième pays le plus éco-endetté. À force de vivre à crédit, l’humanité paie de lourds intérêts: pénuries d’eau douce, famines, conflits et dégrèglements climatiques sont déjà observés. En 2014, on dénombrait ainsi 22 millions de réfugiés climatiques.

Quelques conseils pour améliorer son empreinte écologique:

Diminuer sa consommation de viande:

Certes la proposition n’est pas très populaire en pleine saison des barbecues mais elle pourrait faire beaucoup de bien à notre pauvre planète. L’élevage de bétail destiné à la consommation représente un coût écologique important notamment sur les ressources d’eau. Produire un kilo de boeuf nécessite par exemple l’utilisation de 15550 litres d’eau selon le Water Footprint Network. Pour savoir combien d’eau requiert la production des aliments que vous consommez, rendez-vous ici.

Utiliser moins de papier

La consommation de papier représente 12.9% de l’empreinte écologique mondiale des forêts soit 5% de la biocapacité de la planète. Privilégier donc les formats numériques, en passant aux factures électroniques par exemple.

Adapter ses déplacements 

L’utilisation de la voiture pèse 19.7% dans l’empreinte carbonne totale. Laissez-la donc au garage de temps en temps en adaptant vos habitudes. Quelques idées en vrac; faire du covoiturage, prendre les transports en commun, prendre un jour de télétravail par semaine ou commencer à utiliser ce vélo qui prend la poussière à la cave.

Ce n’est qu’un début mais comme on le répète souvent: de simple petits gestes peuvent déjà faire une belle différence. Pour calculer votre empreinte écologique, cliquez ici.

 

 

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité