La révélation ALA.NI

Ancienne danseuse jazz, nouvelle égérie de la soul/gospel et protégée de Damon Albarn, l’artiste londonienne présente son nouvel album à Esperanzah!

illus3016_alani

  Londonienne exilée sous la tour Eiffel, la belle ALA.NI concrétise ses rêves et idéalise ses utopies. “Depuis mes débuts, j’entretiens une vision assez romantique de ce que devrait être ma musique, raconte la jeune femme. J’ai toujours géolocalisé l’esprit de mes chansons à Paris. Quand je compose, je m’imagine là-bas, dans un décor d’entre-deux-guerres. Je cherche à retrouver le feu sacré qui habitait autrefois des femmes comme Édith Piaf ou Joséphine Baker.”
Nouvelle star d’une soul rétro bordée de jazz et de relents bluesy, l’Anglaise est née sous une bonne étoile. D’abord danseuse, elle croise ensuite la route de Blur et devient choriste attitrée du groupe britannique. Dans les crédits de “You & I”, son premier album solo, ALA.NI remercie ainsi l’énigmatique “Mr. Mentor”. “Ce personnage mystérieux, c’est Damon Albarn, confie la chanteuse. Des premiers a cappella aux dernières sessions d’enregistrement, il a toujours été là pour moi. C’est mon ange gardien. Quand je perds confiance, il m’encourage, me réconforte, me pousse à donner le meilleur de moi-même. C’est une chance de l’avoir à mes      côtés. Pour lui, l’essentiel, c’est de se lancer, d’essayer. Il prône aussi une démarche indépendante. Aujourd’hui, il faut être capable de s’assumer, de prendre ses responsabilités. Les maisons de disques ne sont plus là pour assurer nos arrières. Quand un musicien ne vend plus, on le vire. C’est devenu une jungle. Dans cet environnement hostile, il faut absolument suivre ses instincts.”
Pour survivre et s’imposer dans la grande arène de la pop moderne, ALA.NI dispose toutefois d’un atout majeur. Elle possède une voix comme on n’en fait plus: un timbre sépia qui redonne des couleurs aux triomphes d’Ella Fitzgerald et Billie  Holiday. Avant de publier son premier album, l’Anglaise s’est révélée à travers quatre enregistrements: des petits formats labellisés aux motifs des saisons (”Spring”, “Autumn”, “Summer”, “Winter”). “Quand j’ai commencé, je me voyais mal publier un album. Je devais d’abord planter le décor, diffuser mes chansons, essayer de me faire un nom. Je disposais de douze morceaux. J’ai directement songé aux douze mois de l’année et, par extension, au printemps, à l’été, l’automne, l’hiver.” Aujourd’hui, “You & I” rassemble les merveilles enregistrées au fil des saisons. L’album d’ALA.NI ne craint ni la chaleur ni le froid. C’est un disque hors du temps qui, pour sûr, va se bonifier avec l’âge. Comme un grand cru. Ici, la chanteuse sublime     ses ruptures sentimentales   (Roses & Wine) et touche l’auditeur en plein cœur avec des ritournelles émouvantes (Suddenly), mais jamais chagrines. La grande classe.

“YOU & I”, ALA.NI,  No Format!/Sony Music. Le 7/8 à Esperanzah!, Floreffe.

Sur le même sujet
Plus d'actualité