Les Ardentes prennent de l’ampleur

Une journée supplémentaire, une nouvelle scène ouverte aux jeunes talents, des surprises et du foot. Pour son édition 10é anniversaire, le festival liégeois voit la vie en XXL

illus2516_ardentes2

Tête d’affiche inespérée de la première édition des Ardentes en 2006, Indochine avait permis au festival liégeois de démarrer son histoire sur les chapeaux de roue. Et, pour leur seule prestation belge de l’été, c’est à nouveau en bord de Meuse, que Nicola Sirkis et sa bande ont décidé de poser leurs amplis. Sans nouvel album à promouvoir (le successeur de « Black City parader » n’est attendu que pour l’année prochaine), la formation française avait, on s’en souvient, décidé au lendemain du drame du Bataclan de revenir sur scène cet été pour une poignée de concerts exceptionnels. Ce sera donc pour ce mercredi 6 juillet au parc Astrid de Coronmeuse. Cool.

Cette journée supplémentaire (les années précédentes, le festival se déroulait du jeudi au dimanche) n’est pas la seule innovation de cette édition anniversaire. Décorée de graffitis et de trailers, une quatrième scène, baptisée Wallifornia Beach, accueille en effet les meilleurs crews hip-hop de Belgique ainsi que le producteur d’Atlanta Sonny Digital en dj set. Quant aux fans de foot, ils ne devront pas choisir entre l’Euro et les décibels puisque les demi-finales et la finale seront diffusés sur grand écran. Pour le reste, les organisateurs confirment l’option artistique urbaine de ces dernières années. Après 50 Cent, Nas, Wiz Khalifa et Kendrick Lamar qui avaient enrichi les éditions précédentes, ce sont les stars PharrelWilliams, Future, Tyler The Creator, DJ Shadow et Mac Miller qui placent très haut les couleurs d’un hip-hop américain en forme éclatante. Les rappeurs belges (Woodie Smalls, Baloji, Les R’Tardataires, Caballero & JeanJass) et français (le phénomène viral PNL, Sniper, Caribbean Dandee avec Joey Starr, Nekfeu, Bigflo & Oli déjà présents en 2016) sont également présents en force.

Le rock, la chanson, l’électro ne sont bien sûr pas oubliés. De Christophe, auteur de l’album français de l’année avec « Les vestiges du chaos », au trompettiste jazz Ibrahim Maalouf, des vétérans Suède à l’étoile montant électro-rock Mustii, de l’expérimental Flying Lotus au dandy du groove Mark Ronson, de la soul métissée d’Ibeyi au sitar psychédélique des Belges Moaning Cities ou à la folk jubilatoire de Cat Power, la programmation, à défaut d’être cohérente, ratisse large et se fixe le défi de rassembler toutes les tribus. Enfin, pour convaincre les derniers sceptiques, on rappellera le sens particulièrement hédoniste de la fête propre à la ville de Liège et l’accueil toujours optimal réservé aux festivaliers.

Du 6 au 10/7, Parc Astrid de Coronmeuse, Liège. www.lesardentes.be

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité