Orlando : « Turn the beat around »

Au-delà des faits sordides, du massacre homophobe perpétré au "Pulse" d'Orlando, c'est un symbole de la culture gay, le club, qui est atteint en plein coeur; 

belgaimage-93752399

Notre rédacteur en chef adjoint Sébastien Ministru, auteur de pièces de théâtre parmi lesquelles « Cendrillon, ce macho », et membre fondateur de feu l’émission LGBT, Bang Bang sur Pure FM (on en aurait d’ailleurs besoin en ce moment), a partagé quelques mots sur son profil Facebook que l’on souhaitait partager:

« Le club gay n’est pas qu’un endroit où l’on entend la musique qui accompagne la vie nocturne de la communauté LGBT – musique qui a souvent été à l’avant-garde disco-house. « Show me love ». Le club gay n’est pas qu’un endroit où l’on se présente à l’autre dans une scénographie de la séduction qui s’apparente à celle de la parade: « Strike the pose ». Refuge et périmètre de sécurité, le club gay est un lieu de sociabilité qui a sauvé des vies tout en les mixant dans un effacement des catégories sociales et ethniques qui m’a toujours paru exemplaire.S’attaquer au club gay, ce n’est pas seulement tuer ses danseurs en pleine action, c’est aussi s’acharner sur la liberté des corps, des esprits et des idées.

« Push the feeling on »…

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité