Pourquoi on a aimé le concert d’Adele

L'artiste donnait le premier de ses trois concerts ce dimanche, au Sportpaleis d'Anvers. Au total, ils seront 51.000 à assister à ses prestations sur le sol belge. Adele, c'est un phénomène musical sans comparaison possible. Et on commence à comprendre pourquoi.

13410442_10154111070691421_42447830_o

Adele est juste

La demoiselle a du coffre et ne nécessite d’aucune fioriture pour assurer le show. La scénographie, dépouillée de chorégraphies compliquées ou d’effets pyrotechniques -comme on a l’habitude de le voir dans l’enceinte du Sportpaleis- est entièrement pensée pour laisser briller la chanteuse et son organe vocal surpuissant. Qu’elle murmure, qu’elle hurle, qu’elle descende dans les graves ou qu’elle s’éclate à faire des vibes, Adele chante juste et donne des frissons. Et c’est assez rare pour le signaler. Du Hello d’ouverture en passant par Rumour Has It, Skyfall, Chasing Pavements et enfin Rolling In The Deep, l’artiste livre ses tubes avec autant d’intensité que des divas comme Etta James ou Dusty Springfield ont pu le faire avant elle. Et prouve -si c’était encore nécessaire- qu’elle tient bien plus des blues women américaines que des chanteuses de pop anglaises à la Lily Allen.

Adele est marrante

Qui a dit que les concerts de l’Anglaise de 28 ans étaient plombants? Ok, la chanteuse collectionne les morceaux de rupture, d’amour et de remise en question, mais ce que l’on retient surtout dans cet océan de tristesse, ce sont ses intermèdes. Entre chaque titres, elle se livre, déconne avec un accent cockney à couper au couteau, explique qu’elle est désolée pour tous les pères et les conjoints qui se sont déplacés « contre leur gré », qu’elle transpire comme un boeuf et qu’elle se prendrait bien un petit digestif. Mieux, elle ironise sur sa peur de vieillir, prégnante, comme les titres de ses albums « 19 », « 21 » et dernièrement « 25 » le démontrent. Eclats de rires communicatifs, explication de ses morceaux, Adele est loquace et fait presque oublier l’immensité de la salle dans laquelle elle se produit. De là à parler de concert intimiste…

Adele est solaire

Lorsqu’elle disparaît pour reprendre son souffle après avoir livré Set Fire To The Rain, entourée d’un rideau de pluie, un manque s’installe: Adele sait comment se faire aimer. En version acoustique, accompagnée d’un guitariste, ou en configuration stadesque, avec un live band de 19 musiciens, la londonienne en connaît un rayon quand il s’agit d’attirer la lumière. Et on ne parle même pas de sa robe à paillettes. La chanteuse et ses dizaines de millions d’albums vendus est restée humaine et transpire la sympathie. Elle le prouve à chaque minute de ses deux heures de live, s’adonnant à une séance de selfies avec ses fans, invitant une spectatrice à la rejoindre sur scène pour que son époux puisse la prendre en photo, ou encore en dédiant son show aux victimes d’Orlando d’un sanglot non-feint. Est-ce qu’on a dit qu’Adele était un phénomène?

 

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité