Tinie Tempah en forme olympique aux Nuits

Le rappeur londonien et le Belge Woodie Smalls ont délivré des prestations de hautes volées hier soir dans l’Orangerie. C’était plus compliqué pour Senamo & Seyte, débarqués au pied levé pour remplacer Little Simz coincée aux States.

tinietempah

Suite au désistement annoncé le jour-même par la rappeuse Little Simz (restée à Los Angeles pour finaliser son nouvel album… sympa), l’organisation des Nuits a dû improviser. Exit le chapiteau, les concerts sont déplacés à l’Orangerie, moins grande mais plus cosy. Tant mieux parce que l’espace aurait sans doute fait un peu vide! Profitant des derniers rayons du soleil sur les marches du Bota, le public n’est pas encore très nombreux lorsque Woodie Smalls monte sur scène à 19h30. Tant pis pour les retardataires, le rappeur de Sint-Niklaas délivre d’emblée des prestations enflammées. On comprend pourquoi le jeune Woodie avait fait le buzz en janvier au festival Eurosonic aux Pays-Bas. Son hip-hop old school digne des plus grands monuments de la West Coast accompagné de beats soignés et de sons léchés rameute un public de plus en plus nombreux. L’assemblée est séduite par la générosité et la classe de ce jeune homme pétri de talent. Elle se laisse même à danser sur ses excellents hits About the Dutch et Champion Sound. Woodie se marre et se lâche: « Fuck Donald Trump! ». Le public embraye et s’osera même un pogo – oui, on cause bien de rap -, sur un dernier morceau énergique!

Contactés l’après-midi pour remplacer Little Simz, Senamo et Seyte du collectif bruxellois La Smala viennent présenter « Trois fois rien », un album commun réalisé avec le beatmaker Mani Deïz. Hormis un noyau dur installé au premier rang qui entonne chaque refrain, le public n’accroche pas vraiment au style ni aux textes en français – la salle est majoritairement néerlandophone. Heureusement FLO, un troisième de La Smala, débarque à l’improviste en plein concert pour interpréter Vague à l’âme, une de leurs plus belles compositions. Les artistes se détendent et le public avec. On passe finalement un moment agréable. Ca ne doit pas être facile de remplacer un autre artiste en dernière minute mais Senamo, Seyte et FLO ont assuré la transition du mieux qu’ils pouvaient. Merci pour ça, les gars!

Dehors, la nuit tombe sur le Bota. On prend une bouffée d’air frais avant de se presser vers l’Orangerie. Tinie Tempah, c’est un autre calibre et la salle est rapidement bondée, prête à exploser… Ce qui ne tarde pas à se produire lorsque le rappeur anglais déboule sur scène. La foule se laisse porter par le flow et les beats qui flirtent avec le RnB, la house et parfois la drum&bass. On saute dans tous les sens sur les tubes Girls Like ou Pass Out. On chante aussi sur le plus mélodieux Written In The Stars. Depuis la scène, Tinie Tempah, lui aussi – pardonnez-nous l’expression – kiffe sa race: « This is definitly one of my best shows. Brussels I’ll be back, I promise. » Pour récompenser ses fans, le Londonien dévoile quelques extraits inédits de son troisième album à paraître – si tout va bien – en septembre. Et ça promet! Au bout d’une heure d’un show athlétique, l’artiste décide de conclure avec une improbable reprise de TSUNAMI de DVBBS et Borgeous… Histoire d’achever le public pour de bon. Et nous on repart tout content et transpirant. 

Sur le même sujet
Plus d'actualité