Hé Mademoizelle!

Cinq étudiants ont réalisé une courte vidéo d’animation pour dénoncer le harcèlement dont sont victimes les femmes en rue. Interpellant, original et surtout bien foutu !

Martin Monserez (st.)

screen_shot_2016-04-01_at_3

Paris, par une journée ensoleillé du mois de mai. Une jeune demoiselle sort du métro, papillonne et chantonne son amour pour la Ville Lumière. La jeune femme exécute tranquillement quelque pas de danse avant de subir des regards machos des sifflets désobligeants et commentaires dégradants.

« Hé Mademoiselle, t’es bien mignonne.

– Je dirais même plus, elle est trop bonne !»

Pour écarter ses maints prétendants, la jeune femme devra multiplier les parades, le tout en cinq minutes et en chansons !

Ce court-métrage intitulé Hé Mademoizelle est l’œuvre de cinq étudiants français de l’ESMA (école supérieure des métiers artistiques). Leur message est clair : dénoncer la banalisation de ce phénomène chronique dans notre société. Un appel qui a été relayé par de nombreux médias, et approuvé par la toile (plus de 200.000 vues en une petite semaine).

Une démarche qui n’est pas sans rappeler celle entreprise par Sophie Peeters en 2012 avec son film de fin d’étude Femme de la rue. Equipée d’une caméra cachée, la jeune femme se filmait en train de marcher de son domicile jusqu’à son école sur le boulevard Lemonier à Bruxelles. Un parcours rythmé par des « sale pute », « chienne » ou encore « je te baise », …

La vidéo avait secoué la sphère politique belge, poussant le gouvernement à adopter des mesures sévères pour réprimander ces harceleurs de rue. Une amende de 250 euros à la clé…à condition d’attraper le contrevenant. 

Sur le même sujet
Plus d'actualité