Hommages à Jean-Pierre Coffe

Amis ou connaissances, beaucoup de people sont manifesté leur tristesse.

coffe1

Laurent Ruquier: « Il souhaitait partir en toute discrétion, c’est raté. Mais discrétion et Jean-Pierre Coffe, ce sont deux choses qui ne vont pas forcément ensemble. Je trouve ça presque comique qu’il ait envie de partir discrètement. Ça ne lui correspond pas tant que ça dans l’ensemble de sa carrière. Ça fait 20 ans que je travaille avec Jean-Pierre Coffe. J’aimerais tant qu’il m’engueule encore… »

Paul Bocuse: « Le monde de la cuisine déplore la dispa­ri­tion de cet agita­teur de casse­roles que fut Jean-Pierre Coffe et le remer­cie d’avoir ouvert les consciences des consom­ma­teurs pour aller vers un meilleur. »

Laurent Baffie: « J’ai beaucoup de peine… Je vais boire un coup à sa mémoire. C’était pas de la merde! »

Philippe Geluck: « C’est la vie, Jean-Pierre Coffe, c’est la vie incarnée, la fidélité, la générosité… C’était un homme d’une culture infinie, qui avait tellement envie de partager. Il vous faisait croire que vous étiez le type le plus important du monde. On dit que le Français est râleur. Lui c’était la quintessence du ‘râlisme’ ou de la ‘râlerie’. Il en avait fait un signe de reconnaissance comme ses lunettes! Au-delà de ça, pourquoi les gens l’aiment tellement? Parce qu’il aimait les gens ».

Christine Bravo: « Malgré l’immense tristesse, il faut imaginer notre Minion en train de biner le jardin d’Eden pour l’éternité ».

Julie Andrieu: « Jean Pierre Coffe nous a, bien sûr, initiés à l’im­por­tance du bien manger, à la néces­sité de la vigi­lance, mais il fut avant tout un maître du bien vivre. Fantai­sie, audace et convi­via­lité ont été ses 3 maitresses les plus fidèles. A la douleur, à la soli­tude, à la grisaille de l’es­prit, il a toujours répondu par des coups d’éclat, des coups de vie et une imper­ti­nence terri­ble­ment spiri­tuelle.  Le plus tendre des amphi­tryons est parti, une vie de Coffe s’achève. Ce soir, nous mange­rons un morceau de pâté et boirons un coup à ta santé mon Jean Pierre. A ton pana­che… » 

Anne Roumanoff: « Triste de la disparition de Jean-Pierre Coffe. Epicurien à l’humour tranchant. Dent dure et cœur tendre ».

Jean Benguigui: « Je me souviens de Coffe à la Ciboulette, son resto joyeux et généreux… Chagrin. »

Michel Denisot: « C’est quelqu’un qui incarnait une joie de vivre et un plaisir de la vie assez incomparable. Il avait le goût et la passion des bonnes choses, et il le jouait magnifiquement. C’était un vrai spectacle à chaque fois. Avec lui on s’amusait beaucoup. Il a créé un métier qui s’appelait Jean-Pierre Coffe. Il était le seul à pouvoir le faire ».

Cristina Cordula: « Triste avec le décès de Jean-Pierre Coffe. Un grand monsieur ».

Cyril Lignac: « C’était un grand seigneur, libre et rebelle, il disait tout ce qu’il pensait, il faisait ce qu’il avait décidé, j’ai toujours trouvé ça beau ».

Arielle Dombasle: « Tristesse immense à l’annonce du décès de Jean-Pierre Coffe, cet homme incroyable qui avait connu ma chère grand-mère… »

Stéphane Bern: « Nous sommes tous en deuil d’un homme généreux ».

Serge Moati: « Coffe, Decaux, notre  monde après le départ de ces deux grands conteurs se fait bien silencieux. Leur voix mêlées nous manquent ».

Chantal Ladesou: « Une pensée pour notre Jean-Pierre Coffe, Le plus rock’n’roll de nous tous! »

Christophe Beaugrand: « Un très grand monsieur, drôle, brillant, intelligent ».

François Hollande: « Jean-Pierre Coffe était un bon vivant et avait le goût de partager avec ses amis et les Français le plaisir des rencontres et des saveurs ».

Mathieu Madénian: « Jean-Pierre Coffe est mort de la vie, et c’est la plus belle mort du monde ».

Jean-Pierre Coffe, en 2005: « La mort va finir par me prendre par surprise. Cela ne me dérange pas. Crémation. Les cendres, dans le jardin. La porte de la cave ouverte. Les copains – qui ne sont surtout pas venus à la crémation – débarquent deux ou trois jours après pour vider la cave. Voilà ce que je souhaite ».

Plus d'actualité