Belle île en mer – Robinson Crusoe

Après avoir exploré les astres (Fly Me To The Moon), les fonds marins (Sammy 1 et 2) et la maison hantée (Le manoir magique), le brillant studio d’animation made in Belgium, nWave, débarque sur l’île de Robin Crusoé.

illu_13_immanq2

Même si l’appellation « Pixar à la belge », dont on taxe souvent les studios bruxellois nWave, encombre Ben Stassen, le maître des lieux (« Parce que ça met la barre très haut »), le gaillard ne la renie pas non plus! Les cent vingt paires de mains qui s’agitent à Bruxelles, à quelques encablures de la gare du Midi, sont aussi expertes que celles des animateurs de Disney. La preuve par ce Robinson Crusoe combinant parfaitement le fond (des péripéties bien amenées) avec la forme (une animation en relief sans faille). Ici, le récit ne se place pas dans la perspective de l’échoué, mais dans celle de Mardi, un jeune perroquet vivant sur cette île avec d’autres animaux qui rêvent de s’envoler ailleurs, pour voir si le reste du monde y est. Après une violente tempête, le volatile découvre une étrange créature: Robinson Crusoé. Pour Mardi, c’est peut-être enfin l’occasion de quitter l’endroit!

« Si Robinson Crusoé avait abouti sur une île où les animaux l’avaient invité à dîner, on aurait risqué de perdre l’un des thèmes principaux de l’histoire: la solitude d’un homme éloigné de tout », explique Ben Stassen, qui produit ce dessin animé, épaulé par le réalisateur Vincent Kesteloot, déjà à la barre de Sammy 2. « Et puis, nous avons volontairement simplifié le reste, poursuit-il. Tous les animaux parlent le même langage, mais nos animateurs ont trouvé l’équilibre idéal entre une approche naturaliste des mouvements de chaque espèce, et une touche plus humoristique ou émotionnelle propre à chacun d‘entre eux. » A l’arrivée: une réalisation très soignée, quelques bons gags et, surtout, différence majeure avec la majorité des films d’animation qui inondent les salles chaque année, un relief qui participe vraiment au récit. Comme le martèle Stassen depuis ses débuts, « une 3D qui ne fait pas avancer l’histoire ne sert à rien ».

Enfin, grande nouveauté chez nWave: un film mettant en scène un personnage déjà bien connu. « Jusqu’à présent, nous avions chaque fois créé des héros inconnus du grand public. Et nous avons réalisé à quel point il était de plus en plus difficile de les faire connaître! Surtout avec un budget publicitaire n’ayant rien à voir avec les moyens dont disposent des géants comme Disney ou Dreamworks. Voilà pourquoi nous avons choisi de nous baser sur le bouquin de Daniel Defoe. C’était crucial! » Et, certain que cette nouvelle orientation devrait permettre à nWave de s’implanter encore un peu plus dans la cour des très grands, Ben Stassen se réjouit encore un peu plus en nous annonçant que son Crusoé sortira dans 1.500 salles américaines en septembre prochain. « C’est la première fois qu’un de nos films arrivera là-bas. » Détail piquant: chez l’Oncle Sam, les nouveaux films arrivent le… vendredi. Il n’y a pas de hasard.

Robinson Crusoe (3D)

Réalisé par Vincent Kesteloot & Ben Stassen. Avec les voix de Matthias Schweighöfer, Kaya Yanar, Dieter Hallervorden – 90’.

Sur le même sujet
Plus d'actualité