« L’Ocam aurait dû relever le niveau d’alerte plus tôt »

Dès l'arrestation de l'ennemi public numéro 1 Salah Abdeslam, la population craignait des représailles. Le niveau de menace terroriste n'a pourtant pas augmenté. Et les attentats ont eu lieu…                                                    

belgaimage-91039794_1

Depuis l’arrestation de Salah Abdeslam, le vendredi précédent, de nombreux citoyens affirmaient pourtant craindre des représailles de son entourage. Lors d’une réunion le samedi suivant, l’Organe de coordination pour l’analyse de la menace (Ocam) n’a pas relevé le niveau d’alerte. Il a attendu le matin même des attentats pour placer le curseur au niveau 4, sur une échelle de 4. « Cela laisse présager un danger sérieux et imminent », explique l’experte en terrorisme du Centre de sécurité et d’intelligence stratégique européen (Esisc) Evgenia Gvozdeva. Sauf que ce danger s’était déjà concrétisé.  

L’Ocam a probablement commis une erreur d’appréciation même si ces attentats étaient difficiles à anticiper, explique Evgenia. Avant la perquisition de ce lundi à Forest où deux détonateurs ont été trouvés, les forces de l’ordre n’avaient découvert aucun explosif. Cela prouve qu’elles n’ont pas encore mis la main sur le cœur de la filière bruxelloise de terrorisme islamiste.

Pas une vengeance

Les attentats du 22 mars doivent-ils être vus comme des représensailles à l’arrestation de Salah Abdeslam? Pas si sûr. Si Salah Abdeslam n’a pas quitté le pays après le 13 novembre, c’est certainement parce qu’il préparait quelque chose. En plus, un attentat comme celui que nous venons de connaître ne se prépare pas en deux jours. Depuis les attentats de Paris, aéroports et stations de métro étaient surveillés par de nombreux policiers et des militaires. Les terroristes ont forcément dû étudier les mouvements des forces de sécurité, connaître les lieux sur le bout des doigts, faire du repérage… Construire des explosifs prend aussi énormément de temps. L’arrestation a peut-être simplement accéléré les choses.

Retrouvez l’interview complète réalisée par Nicolas Sohy prochainement dans Moustique.

Sur le même sujet
Plus d'actualité