George Martin, producteur historique des Beatles, est mort à l’âge de 90 ans.

Venu du monde classique, celui qu'on surnommait le "cinquième Beatle" a révolutionné la pop. Ringo Starr et Paul McCartney lui ont déjà rendu hommage.

 

200912georgemartin

« George Martin a fait ce que les Beatles étaient en studio », déclarait John Lennon en 1971. « Il nous a aidés à développer un langage qui a permis à des musiciens pop de se parler entre eux. »

Sir George Martin, producteur histoire des Beatles, est décédé ce 8 mars à l’âge de nonante ans. Quelques instants après l’annonce de sa disparition, Ringo Starr  a salué sa mémoire sur Twitter. « Que Dieu protège George Martin. Paix et amour à sa famille. Il nous manquera. »

Né le 3 janvier 1926 dans le quartier de Highbury, à Londres, George Martin  était responsable du label Emi Parlophone lorsqu’il a auditionné le 6 juin 1962 un groupe de Liverpool qui venait de se faire refuser un contrat par le gros concurrent de l’époque Decca Records. « Hormis Love me do et Ps I love you qui tenaient la route, leurs chansons n’étaient pas terribles« ,  nous confiait George Martin dans une interview exclusive accordée à Moustique en 2006. « Mais je suis pourtant tombé sur leur charme, leur enthousiasme et leur charisme. C’est pour ces raisons que j’ai poussé Emi à signer les Beatles« .

La suite fait partie de l’histoire. Les quatre garçons dans le vent ont enchaîné les albums et les tubes pendant huit ans sous la houlette de George Martin qui a habillé leurs mélodies en expérimentant toutes les techniques de production. Les guitares superposées de Rubber soul, les cordes majestueuses d’Eleanor Rigby, le vocodeur de Yellow Subamarine, l’assemblage de notes montées à l’envers sur « Sgt Peppers » ou les arrangements cataclysmiques de A day in the life font encore école aujourd’hui.

Après la séparation des Beatles, George Martin a continué a travailler pour George Harrison, Paul McCartney, les Bee Gees et même Aerosmith. Il s’est parfois compromis sur des productions sirupeuses pour Céline Dion ou Kenny Rogers tout en restant responsable des processus de remastérisation du catalogue des Beatles jusqu’en 2006, année où il a arrêté de bidouiller derrière sa console à cause de problèmes d’audition. Lorsque nous l’avions rencontré en 2006 pour sa dernière production (la comédie musicale « Love » pour le Cirque du Soleil basée sur le répertoire des Fab Four), sir George Martin nous avait accueilli à Abbey Road en costume cravate, tasse de thé à la main, appareil auditif derrière les oreilles et sourire courtois. Assez curieusement, c’est sa production sur l’album « Apocalypse » de Mahavishnu Orchestra de 1974 qu’il considérait comme son œuvre ultime. Un grand monsieur…

 

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité