Calais, Idonemi, Dadaab,.. Les camps de réfugiés: ces « maisons » pour nomades

Selon l'Onu, ils y aurait 60 millions de personne en exil sur le globe. Pour loger ces réfugiés, des camps au confort aléatoire sont installés. En Europe, il y a eu Calais et sa jungle en passe d'être démantelée. Il y a maintenant Idomeni qui sera bientôt débordé. Ailleurs dans le monde, des centaines de milliers personnes connaissent la dureté de ces camps.

cthomas_baltes_tbaltes_calais_3-464044

Depuis lundi, les opérations de démantèlement de la jungle de Calais ont débuté, non sans mal. C’était le lieu de vie de plus de 3000 demandeurs d’asile essentiellement Syriens, Afghans et Soudanais espérant refaire leur vie  au Royaume-Uni. Entassés dans un gigantesque bidonville fait de tôle et de tentes, ils ont choisi Calais pour sa proximité avec le tunnel sous la Manche, seul espoir pour eux d’atteindre leur destination. Pour reloger les migrants, le gouvernement a mis leur disposition des containers et libéré des places dans des centres d’accueils du pays. Cependant, une partie de ceux-ci refusent de s’y installer préférant reprendre la route et rester dehors.

Une « jungle » disparait mais d’autres se créent

Les frontières qui se ferment les unes après les autres font converger les réfugiés vers une Grèce qui aura du mal à tous les accueillir si le flux devait rester aussi important. A Idonemi, à la frontière entre la Macédoine et la Grèce, des milliers de migrants arrivent depuis quelques semaines. Comme à Calais, ils s’entassent dans des tentes alignées dans la boue. Ils seraient aujourd’hui 11.000 à être bloqués à Idonemi, mais Médecins Sans Frontières tire la sonnette d’alarme: si la barre des 12.000 est atteinte, la situation pourrait dégénérer. Outre les problèmes de nourriture, les épidémies et les montées de violence guettent le camp.

Un humain sur 122 est un réfugié

En 2015, 60 millions de personnes étaient considérées comme réfugiées par le Haut-Commissariat aux réfugiés des Nation-Unies. C’est pratiquement autant que la population de la France ou l’équivalent d’un être humain sur 122.  Sous ce chiffre se cache des réalités différentes. En effet, l’organisme de l’ONU reprend dans son calcul tous les types de migrants; les réfugiés, les demandeurs d’asile, les déplacés au sein d’un pays ou encore les apatrides. Du Sud-Soudan à la corne de l’Afrique en passant par la Bande de Gaza, des camps qui ont parfois plus de 50 ans les accueillent par dizaine de milliers.

Découvrez ci-dessous notre carte interactive des cinq plus grands camps de réfugiés du monde: 

 

Le Haut-Commissariat aux réfugiés a créé une carte Google Earth qui permet de se balader dans un camp de réfugié. Pour mieux comprendre, la dureté des conditions de vie, téléchargez-la ici.

Calais, une goutte d’eau dans l’océan

 

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité