Oups! On s’est « Trumpé »…

Le milliardaire Donald Trump sera bien le candidat républicain à la Maison Blanche. De brillants analystes politiques étaient pourtant bien payés pour prédire le contraire.

trump_photonews

Le Super Tuesday a tranché. Sauf miracle, c’est Hillary Clinton et Donald Trump qui s’affronteront le 8 novembre prochain pour l’investiture à la Maison Blanche. Le résultat de cette élection sera à coup sûr inédit: le prochain président des États-Unis sera soit une femme, soit… Soit quoi au fond? On ne sait trop en fait. Parce que le phénomène Trump reste encore aujourd’hui un mystère inaccessible même aux spécialistes. Après avoir insulté les Mexicains, les Arabes, ses adversaires politiques, les gens qui ne votent pas pour lui et le bon goût, Donald Trump a désormais ridiculisé les analystes politiques.

Le magazine en ligne américain Politico a compilé récemment quelques prédictions, lancées par les plus fameux représentants de la profession il y a quelques mois concernant les chances de succès du milliardaire:

« Cette arnaque prendra fin bien avant les premières neiges à Sioux City.” (David Remnick, The New Yorker).

« Donald Trump ne sera pas le 45e président des États-Unis, ni les 46e, ni aucun numéro au-delà. Les chances qu’il remporte les primaires sont exactement de zéro. » (James Fallows, The Atlantic)

« Arrêtez de flipper avec les sondages qui donnent Trump gagnant. » (Nate Silver, le statisticien surdoué qui avait prédit avec précision les résultats des 50 États américains durant l’élection de 2012)

« Trumpés », les analystes en question se sont chacun exprimés sur leurs erreurs de calcul. David Remnick, qui doit bien constater que la Trumpmania a bien résisté aux neiges de fin novembre en Iowa…:  « C’est au-delà de toute compréhension et cela reflète une sorte de monstruosité, qui en appelle à tous les bas instincts de l’Amérique. Le fait que tant parmi nous se sont trompés pourrait être dû au fait que nous ne voulions pas croire qu’une telle chose puisse attirer tant de succès ».

James Fallows: « Tout le monde, y compris moi, a dû apprendre que quand Trump franchit une ligne ou brise une règle, cela l’avantage, là où d’autres candidat auraient été stoppés net. Je pense aussi qu’on s’est trompé sur les talents de Trump. Il ne réside pas tant dans son sens des affaires, qui n’est pas si affûté que cela, que dans son sens de la télévision. En particulier dans le domaine de la télé-réalité, où il a un flair extraordinaire. »

Nate Silver: « Les étudiants en sciences politiques de 2044 utiliseront très souvent la phrase « à l’exception de l’élection 2016″. Il est impossible de réconcilier la nomination de Trump avec la moindre notion de politique habituelle. »

Et cela ne risque pas de s’arranger. Car très curieusement, et c’est une constante dans les sondages publiés depuis plusieurs mois, Donald Trump devrait être aisément battu par Hillary Clinton. Alors que ces mêmes sondages avancent que presque tous les autres candidats républicains, de l’ultraconservateur Ted Cruz au modéré Marc Rubio en passant par l’anecdotique John Kasich, eux, l’emporteraient contre la candidate démocrate. Allez comprendre… 

Sur le même sujet
Plus d'actualité