The Voice Belgique – Les troisièmes blinds ont manqué un peu d’éclat

Le plus chouette quand on regarde The Voice Belgique, c'est évidemment de commenter les prestations des duels, de râler, de crier au génie et de débattre sur le choix des coachs. Du coup, c'est ce qu'on a fait ce soir pour les duels: Vanessa Vansuyt et Marie Frankinet livrent leur version de la soirée.

the_voice_5_-_duel_3

Laura et Noémie

Vanessa: En grande fan d’Amy Whinehouse, j’ai frémi quand j’ai découvert que les filles allaient s’affronter sur Rehab. Et j’ai été agréablement surprise.  Même si elles étaient stressées, elles ont toutes les deux réussi à se lâcher et à nous faire vivre un chouette moment. Noémie n’a pas démérité mais comme les Cats, j’ai été plus séduite par la voix grave et suave de Laura.
Marie: Pour moi, c’est l’une des meilleures prestations de la soirée, même si je n’étais pas entièrement convaincue au début. Deux anciennes de The Voice, toutes deux éjectées du paquebot aux portes des lives. C’est clair qu’elles avaient envie de montrer ce qu’elles avaient dans le ventre et ça a payé. Pour Laura surtout: quel joli brin de voix.

Hervé et Andy

Vanessa:  Je n’ai toujours pas compris pourquoi B.J. a choisi de faire s’affronter Hervé et Andy sur Wild World, version Mr Big.  Sur un autre titre, on aurait eu droit à un tout autre match vocal mais ici, je suis restée sur ma faim. Quentin a été séduit par l’émotion dégagée, moi pas. J’en attendais beaucoup plus. Heureusement, après un suspense presque insoutenable, les deux ont été sauvés, Hervé par B.J. et Andy par Quentin. Vivement les lives, pour découvrir ce que ces garçons ont vraiment  dans le ventre.
Marie : Bizarrement j’ai été beaucoup plus convaincue par Andy. Stressé, il a tout de même réussi à monter dans les aigus sans trembler. Parfois je me demande si le rendu sur scène n’est pas différent de ce qui passe à l’écran… On doit sûrement manquer quelques subtilités, mais en tout cas je suis ravie qu’Andy ait été repêché in extremis.
 
Fanny et Lisa
 
Vanessa: Stanislas avait choisi We’re Never Getting Back Together de Taylor Swift pour les filles, parce qu’il voulait un peu de légéreté. Il y en avait beaucoup trop à mon goût. Tant Fanny que Lisa sont capables de beaucoup mieux, ça manquait de punch. Comme le disait B.J., c’était mignon…
Marie: Alors là, je suis complètement d’accord avec toi! On aurait cru assister à un karaoké entre copines… Le stress, sans doute. Lisa avait quelque chose de vraiment touchant, par contre, je suis certaine qu’elle reviendra nous montrer ce qu’elle a dans le ventre dans quelques années.
 
Stéphanie et Steffi
 
Vanessa: J’avais très peur pour Stéphanie aux répétitions et elle m’a vraiment épatée. Sure d’elle, elle a livré une très belle bataille sur Shark in the water de V.V. Brown. Face à elle, Steffi n’a pas tremblé mais ce n’était pas assez pour s’imposer.
Marie: Steffi est vraiment magnétique quand elle s’exprime. La classe américaine, ce serait ça? Une aisance enviable dans ce genre de métier. D’autant qu’elle n’a pas poussé sa voix comme lors des blinds, ce qui était bien plus agréable à écouter. Dommage qu’elle n’ait pas su convaincre son coach.
 
Ellie et Charlotte
 
Vanessa: J’en ai encore des frissons! Ellie m’avait déjà impressionnée lors de son blind mais sur Creep de Radiohead, elle a tout donné. C’était juste magique. J’ai été embarquée par tout ce qu’elle et Charlotte ont montré.
Marie: Tu l’as dit! Quelle présence, cette Ellie! C’était, pour moi, le meilleur moment de ces duels. Et elle n’a que 16 ans… Je n’imagine pas ce dont elle sera capable dans quelques années. Une artiste en puissance.
 
Jessica, Marie et Serena
 
Vanessa: Avant même que le trio entonne Ella elle l’a de France Gall, je savais que Marie continuerait l’aventure. Jessica et Serena se débrouillent très bien mais Marie est depuis le départ un cran au dessus. Sur une prestation en demi teinte, elle a écrasé ses adversaires du jour. Mais si la protégée de Quentin veut aller loin dans l’aventure, elle devra apprendre à gérer son stress et surtout nous faire vibrer.
Marie: Bon, que dire à part qu’elles ne l’avaient pas ce soir, ce « je ne sais quoi, que d’autres n’ont pas, qui nous met dans un drôle d’état. »

Sur le même sujet
Plus d'actualité