Quatre pistes pour éviter les bouchons

Tunnels bruxellois fermés, avenir du RER incertain, autoroutes embouteillées... À l’heure où tout semble s’écrouler sur nos routes, comment font les autres? Voici 4 exemples dont la Belgique pourrait s’inspirer.

photonews_10560606-011

Le train entre Genève, Zurich et Lausanne

La Suisse est sans aucun doute le paradis des navetteurs. En moyenne, chaque Helvète parcourt 2.288 km en train par an, contre 1.004 en Belgique. Le secret ? L’horaire cadencé! Ce principe consiste à avoir, dans chaque gare, même les moins fréquentées, un train en partance au moins une fois par heure. Le taux de ponctualité de 87 % encourage également les navetteurs à voyager sur le rail. Ainsi, sur les huit millions d’habitants que compte la Suisse, quatre millions utilisent quotidiennement le train pour se rendre au travail ou à l’école!

Les parkings viennois

À Vienne, les autorités ont aménagé une quinzaine de parkings “Park & ride » à l’extérieur de la ville, proche des stations de métros et à des prix préférentiels (max 3,40 € par jour, certains sont gratuits). Et pour inciter les Autrichiens à les emprunter, les autorités ont limité les durées de stationnement dans le centre-ville entre 30 minutes et 3 heures maximum.

Les autoroutes cyclables de Copenhague

La capitale danoise a choisi de promouvoir l’utilisation du deux roues. Copenhague a dès lors décidé de créer des autoroutes… pour vélos! « Autrement dit des voies rapides assez larges pour rouler confortablement et sans feux de circulation, ni d’obstacles, mais réservés exclusivement aux vélos et vélos électriques” résume Stefan Bendiks, directeur du centre d’étude sur l’espace public « Artgineering » et auteur du livre « Fietsinfrastructuur”, consacré aux autoroutes cyclables. Aujourd’hui, la ville de Copenhague comprend 28 voies express et un déplacement sur deux se fait à vélo dans le centre-ville. 

Les téléphériques de New-York, Portland et Medellin                                                   

De nombreuses villes aux quatre coins de la planète ont déjà opté pour un “téléphérique urbain ». New-York en est équipé depuis 1976. “The Tram » relie Roosvelt Island à Manhattan et transporte aujourd’hui 1.500 personnes par heure dans deux cabines de 100 passagers chacune. Les villes de Portland (2006) et Medellin (2004), en Colombie, ont suivi et, encore plus récemment, Zurich, Londres, Caracas et Taïpeh. 

Retrouvez notre article sur la mobilité belge de demain dans Moustique.

Sur le même sujet
Plus d'actualité