L’impossible hors-jeu

Après le rugby et de nombreux autres sports, le football pourrait enfin s'ouvrir à l'arbitrage par l'image. 

reporters_16928962

En dépit des arguments archaïques de la Fifa, la mesure protégerait les arbitres, sans pour autant menacer l’esprit du jeu. Réunis le 7 janvier dernier à Londres, les responsables de l’International Football Association Board (IFAB), plus communément appelé le Board, ont fortement recommandé le recours à la vidéo dans l’arbitrage, solution qu’ils voudraient voir tester rapidement. C’est l’aube d’une révolution, même si ces recommandations doivent encore être approuvées en mars par l’assemblée générale de l’institution, cette vieille dame frileuse qui détient les clés des lois du jeu.

Or, parmi les lois du jeu, il en est une en particulier qui pourrait bénéficier de l’arbitrage vidéo. En 2004, un chercheur espagnol du nom de Francisco Belda Maruenda publiait dans le British Medical Journal ses conclusions sur le hors-jeu. Selon lui, pour appliquer correctement cette règle, le juge de touche doit pouvoir maintenir au moins cinq objectifs mobiles dans son champ de vision, et cela simulatanément (deux attaquants, deux défenseurs adverses et le ballon). Ce qui serait tout simplement au-delà des capacités humaines, d’autant que ces cinq cibles peuvent se trouver n’importe où dans la moitié de terrain où s’applique la règle du hors-jeu. D’où cette recommandation: « La seule possibilité pour juger les hors-jeu sans erreur scientifique repose sur l’utilisation de la technologie moderne pendant les matches: arrêts sur images TV et analyse image par image ». À moins, bien sûr, d’annuler carrément la règle du hors-jeu, comme le même Dr Maruenda le proposait également à l’époque en guise d’alternative. 

Retrouvez notre article complet sur l’arbitrage vidéo dans Moustique

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité