Bouli Lanners: l’art de la fugue

Avec Les premiers, les derniers, Bouli Lanners livre un conte intimiste dans un décor de fin du monde. Un film tour à tour sombre, habité et poétique. Comme son auteur, en fait…

illu_08_bouli

La fin des temps ressemble à un tableau de l’aurore du monde. Les derniers hommes portent la barbe longue et se soucient peu de l’esthétique vestimentaire. Il n’y a plus de ville mais des bâtiments vides. Qui tombent en décrépitude au milieu de la presque rase campagne noyée dans la brume. Des voies de chemin de fer qui n’ont pas vu de trains depuis des lustres, des animaux qui passent et que l’on chasse. On s’attend presque par instants à croiser les zombies de Je suis une légende. « J’ai effectivement écrit ce quatrième film lorsque je traversais une période pénible sur le plan personnel. Je crois que ça se voit, nous explique Bouli Lanners en riant. A ce titre, c’est mon film le plus autobiographique et je n’en ferai plus d’autres aussi proches de moi », conclut-il pour faire écho à ses récents soucis de santé et à une « vie personnelle passablement agitée suite à la perte d’un ami. Je voulais réaliser un film qui parle un peu de ce sentiment de fin du monde, très présent aujourd’hui… De cette pensée très pessimiste, qui plane dans l’air du temps. Tout en allant quand même vers quelque chose de positif. L’écriture s’est mise en route presque toute seule. En fait, j’ai été rattrapé par une pathologie, la même dont souffre mon personnage. Toute naissante chez moi mais vachement plus évolutive. J’ai été opéré du cœur. J’étais plongé tout le temps dans une réflexion liée à la mort. L’écriture m’a permis d’exorciser quelque chose et de reprendre pied dans la vie. Ce film était une sorte de fugue ».

« Les premiers, les derniers est un film sur l’homme fait par un mec qui croit en Dieu. »

L’interview dans le Moustique du 24 février 2016

Réalisé par Bouli Lanners. Avec Bouli Lanners, Albert Dupontel, Suzanne Clément – 98’.

Bouli Lanners sera en télé dans Home cinéma (dimanche 28/2 sur Be 1 clair à 19h50), dans la rediffusion du Dan Late Show (mardi 1/3 sur La Deux à 22h45), dans Coupé au montage (mercredi 2/3 sur La Trois à 23h10) et dans le film Blanc comme neige (jeudi 3/3 sur 13ème Rue à 20h45).

Par ailleurs, le cycle qui lui est consacré à la Cinematek se termine ce samedi. Il est encore temps d’y courir…

Sur le même sujet
Plus d'actualité