Pourquoi le duo de Christine And The Queens et Booba est une déception.

La vidéo de Here a été dévoilée et c'est moche. On vous dit pourquoi.

xvm738e5394-9d91-11e5-8a23-82623267be8c

A la veille des Victoires de la Musique (c’est pour ce vendredi 12 février) où ils sont tous les deux en compétition, Christine And The Queens et Booba ont dévoilé le fruit de leur collaboration . Tout le monde était curieux, tant les deux univers des artistes sont opposés.  Mais la déception est au rendez-vous.

> Le morceau.  Après avoir affolé les réseaux sociaux, Booba avait finalement confirmé cette collaboration. On s’attendait à un vrai duo, une vraie chanson, une vraie création. En fait, il s’agit d’un simple remixe de Here, chanson qui figurait déjà sur l’album « Châleur humaine » de Christine And The Queens. Juste un truc commercial pour relancer sans doute une énième réédition de ce disque, excellent au demeurant.

> Le clip. Il n’a pas dû coûter très cher.   Soit une plage déserte de Trouville-sur-Mer en Normandie, une vieille Mercedes de couleur rouge, récupérée dans une casse de voitures et  installée dans l’eau. Christine est à droite et fait la tronche. Booba est à gauche est fait son Booba. Ils ne s’échangeront pas un seul regard pendant le clip et le cadreur ne changera pas de place non plus. C’est de l’art certainement. Et sans doute une métaphore de la mort, de la vie et de l’ennui. Soit. Mais, hormis les vagues « qui n’atteindront jamais la dune » comme le chantait Joe Dassin, il n’y a rien à voir.

> La poésie de Booba. Pour son couplet, Booba ne s’est pas foulé. « Quand Dieu a créé la vie, il fumait une clope. » « Je m’en bas les couilles si t’as des amis en Corse« . « Tout le monde y passe, personne ne reste. »  C’est de l’art certainement. Et sans doute des métaphores. 

Finalement, Sting et Mylène Farmer, c’est pas si nul que ça…

Sur le même sujet
Plus d'actualité