L’intelligence du Je

Elu Entraîneur de l’année, il dirige Gand, la meilleure équipe belge du moment. Et c'est le premier entraîneur à innover vraiment depuis Raymond Goethals.

reporters_19300721

Cet été, l’éminente revue anglaise FourFourTwo le classait à la 47e place de son top 50 des meilleurs entraîneurs au monde. Une fameuse reconnaissance, déjà, pour celui qui venait d’offrir à La Gantoise son tout premier titre de Jupiler League en 115 ans d’existence. Mais, depuis, il y a eu la Ligue des Champions et la qualification pour les 8es de finale. À la surprise générale, le plus petit budget de la compétition s’est offert le droit de défier Wolfsburg, deuxième du championnat allemand, le 17 février prochain. Alors qu’ils avouaient ne pas connaître le nom d’un seul joueur de Gand avant de les affronter, les joueurs lyonnais ont certainement maintenant appris à épeler celui de leur entraîneur: Hein Van-hae-ze-brouck, consacré deux fois « Entraîneur de l’année » (en 2012 et 2015) chez nous.

On prête à ce bonhomme singulier une filiation avec Raymond Goethals. Pas seulement pour leur manie d’user des cartons de bière pour élaborer leurs plans de bataille. Mais parce qu’on voit en lui le premier tacticien belge véritablement innovant depuis « Raymond la Science ». Avec un distinguo important tout de même, revendiqué par l’intéressé lui-même: « Raymond avait un profil assez défensif alors que moi je mise plutôt sur l’offensive ». Vrai.

« Ma carrière d’entraîneur a débuté à 6 ans », aime raconter le coach flandrien de 52 ans. À Lauwe, son village natal, l’entraîneur de l’équipe première lui permettait de pénétrer dans le vestiaire pour regarder le tableau blanc. En équipes d’âge, il s’installe naturellement au libéro. Et en cas de défaite, il se fâche. Parfois sur lui-même, souvent sur les autres. Un mauvais perdant doublé d’un… « supporter de la victoire », s’avoue-t-il maintenant. Petit, il est successivement supporter du Standard, d’Anderlecht et de Bruges. « Mais je n’ai jamais porté d’écharpe: j’étais plutôt un collectionneur de Panini… » Révélateur? En psychologie, collectionner correspond au besoin de rationaliser les éléments pour en prendre intellectuellement possession. En y adjoignant un sentiment: la passion. Deux traits de caractère qui débordent chez HVHZ.

Retrouvez le portrait complet de Hein Vanhaezebrouck dans Moustique.

Sur le même sujet
Plus d'actualité