Jaco Van Dormael, grand gagnant des Magritte

Hier, à la sixième édition des Magritte du cinéma, il est reparti avec quatre trophées pour Le tout nouveau testament, la désormais fameuse histoire de Dieu qui habite à Bruxelles et se fait pirater son ordinateur par sa fille. 

magritte

Sans grande surprise, Jaco Van Dormael a été le héros de cette sixième édition des Magritte, grande fiesta durant laquelle tout le cinéma belge se met sur son 31 et offre une image de famille réunie. Signature incontournable de notre cinéma (avec celle des frères Dardenne), Jaco Van Dormael est donc rentré à la maison les bras chargés de quatre Magritte honorant Le tout nouveau testament: ceux de meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur scénario original (qu’il partage avec Thomas Gunzig) et meilleure musique originale (composée par An Pierlé).

Sans faire de coquetterie, il est clair que Le tout nouveau testament partait favori et ne pouvait pas ne pas être appelé sur scène, à elle seule, la distribution du film – où l’on trouve Benoît Poelvoorde, François Damiens, Yolande Moreau, David Murgia… – constituant un petit best-of du cinéma belge. Une consécration de la profession qui vient couronner un destin commercial déjà brillant – le film ayant connu un très beau succès en salles – et sans doute un peu consoler son équipe qui espérait décrocher un trophée aux Golden Globes où il était nommé. Dans un genre et dans un style très différents (c’est le moins qu’on puisse dire), c’est finalement Le fils de Saul (film dur et tendu sur la Shoah) qui remportera le Golden Globe du meilleur film étranger, Le tout nouveau testament (fantaisie surréaliste sur l’ordinateur piraté de Dieu) ayant loupé de près une nomination aux Oscars.  

Sorte de grand frère du cinéma belge, celui qu’on appelle affectueusement Jaco est un habitué de la soirée depuis la première édition où lui et son équipe se sont distingués en remportant six Magritte (meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur scénario, meilleure image, meilleur montage et meilleure musique) pour Mr.Nobody. Les autres grands honorés de la cérémonie d’hier sont Verle Baetens, consacrée meilleure actrice pour Un début prometteur et Wim Willaert, meilleur acteur pour Je suis mort mais j’ai des amis. 

Sur le même sujet
Plus d'actualité