Nucléaire belge: l’Allemagne rassurée… “pour le moment”

Nos réacteurs nucléaires n’inquiètent plus la ministre allemande de l’Environnement. Mais la région d'Aix-la-Chapelle, elle, attaque l’Etat belge.
 

reporters_20668598_1

« On a un accord. On va installer une commission permanente sur la sécurisation des centrales nucléaires. Nous allons aussi faire des inspections croisées. Nous irons dans des centrales belges et eux (les Belges, ndlr), chez nous en Allemagne, a déclaré la ministre fédérale allemande de l’Environnement, Barbara Hendricks, à l’issue de la réunion de crise organisée lundi à Bruxelles. Pour le moment, je suis rassurée…”. Rappelons que la Belgique s’est engagée à donner des explications à ses voisins allemands, luxembourgeois et néerlandais sur la sécurité de ses centrales nucléaires. Malgré le feu vert de l’Agence Fédérale de Contrôle Nucléaire (l’AFCN), la prolongation des réacteurs Doel 1 et 2 comme la relance de Tihange 2 et Doel 3 après la découverte de microfissures dans les cuves des réacteurs ne sont pas de nature à rassurer les pays limitrophes.

« Evitons un nouveau Tchernobyl”

A l’image du mouvement citoyen international AVAAZ dont la pétition a déjà réuni plus de 850.000 signatures, les sceptiques se multiplient. Et, sur les ondes de la RTBF, son directeur de campagne Pascal Vollenweider ne semblait vouloir faire aucun compromis. « Pour nous, il s’agit de clairement mettre la pression sur l’État pour arrêter tout de suite les centrales nucléaires en Belgique. Elles constituent un véritable danger pour elle-même, mais aussi pour le reste de l’Europe. Évitons un nouveau Tchernobyl.”

Terroristes et réacteurs bons pour la casse…

Quelle que soit la portée de cette contre-offensive citoyenne, la sécurité de nos installations nucléaires risque bien de continuer à faire l’objet de débats houleux, notamment dans les communes frontalières de la Belgique. Mardi, la région urbaine d’Aix-la-Chapelle a ainsi décidé de se pourvoir en justice contre la remise en service du réacteur Tihange 2. Une décision prise à l’unanimité. Précisons également que cette région examine aussi la possibilité de se joindre à la plainte déposée par Greenpeace contre la prolongation de Tihange 1.
 
La Communauté germanophone belge va-t-elle rejoindre le banc des plaignants? Rien n’est moins sûr, tempère son ministre-président à l’agence Belga. Après avoir estimé que les craintes de nos voisins doivent néanmoins “être prises au sérieux”, Oliver Paasch s’insurge contre ce nouveau Belgium bashing: « Je ne peux pas accepter l’image que certains médias allemands dépeignent de la Belgique comme étant un pays de terroristes et de ‘Schrottreaktore’ (des réacteurs destinés à la casse, ndlr) ». Outre les nombreuses fissures dans les cuves, rappelons tout de même que ceux-ci ont connu ces derniers temps un début d’incendie dans un tableau électrique, un problème d’alternateur ou une fuite d’eau dans un générateur…
 

Sur le même sujet
Plus d'actualité