Cyril Hanouna à pile ou face

L'animateur de Touche pas à mon poste énerve autant qu'il fédère. Portrait d'un homme pas si potache.

screen_shot_2016-02-03_at_17

Pour Touche pas à mon poste de D8, l’animateur-producteur-comédien se prête chaque jour au jeu du meilleur pote, celui du chef de bande qui d’un regard détermine le temps de parole de son crew de chroniqueurs. Yeux rieurs et bonne bouille rigolarde, Cyril Hanouna a tout du gendre idéal. Enfin un mec de télé qui ne se prend pas la tête. Ca, c’était avant l’intervention de Bruno Donnet et son billet cinglant sur France Inter qui pointe la normalisation de l’humiliation chez Hanouna. En résumé, le journaliste y décrypte l’émission, posant une simple question: est-il normal d’accepter qu’un chroniqueur (Matthieu Delormeau) subisse un bizutage quotidien, jusqu’à recevoir un bol de pâtes chaudes dans le slip, alors qu’il supplie ouvertement qu’on le laisse tranquille? Est-il vraiment nécessaire d’utiliser un souffre douleur pour faire vibrer le spectateur?

Les nerfs à vif

Piqué au vif, Hanouna a réagi à l’antenne, se targuant de parler « vrai » comme son public adoré qu’il connaît bien puisqu’il vient lui-même de la classe moyenne, mais surtout comme les djeuns qui se chambrent. Sauf qu’il n’est plus ni jeune, ni homme du peuple. Un double discours qui dérange, surtout quand il explique que ce Bruno Donnet n’est « personne » parce qu’il ne le connaît pas médiatiquement… Avec de tels arguments, que dire de la considération qu’il a pour son public, composé essentiellement d’anonymes? De quoi montrer le côté sombre de Cyril Hanouna, quand on gratte un peu la peinture de sa bonhommie. La critique, il ne supporte pas. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que l’animateur s’illustre à régler ses comptes dans Touche pas à mon poste. Pierre-Emmanuel Barré, Benjamin Castaldi qui avait osé qualifier Hanouna de despote, en ont déjà fait les frais. « Il a mis 15 ans pour arriver là où il est, c’est normal qu’il défende sa place bec et ongles » murmure un collaborateur de la chaîne.

La télé, c’est son dada

Et c’est clair qu’il a ramé sec pour devenir le visage phare de D8. Et surtout sortir de la case des anonymes. Fan invétéré de télé, Hanouna a tout fait pour qu’on le remarque: délaissant ses cours pour s’inscrire comme candidat à des émissions populaires. Le juste prix, Que le meilleur gagne… L’éclate. Cyril Hanouna envoie ensuite sa candidature à la chaîne française Comédie! et y effectue un stage. Son humour potache fait mouche auprès des Robin des Bois. Il enchaîne la Grosse émission pour enfin devenir chroniqueur sur Les enfants de la télé d’Arthur. C’est le début du succès, on ne l’arrête plus. M6, TF1, France 2, France 3, France 4, Virgin Radio, D8, RTL, Europe 1, NRJ, Rires et chansons… Cet agité du PAF passe par toutes les cases, prend beaucoup de claques et en donne pas mal en retour.

Une poigne de fer

« Hors plateau, il est assez tyrannique » ajoute l’un de ses collaborateurs. Eh oui, son rire de hyène sympa cache une poigne de fer. Une manière de ménager ses nerfs, qu’il a à vif. Ultra-sensible, surtout quand on parle de sa carrière, Hanouna peut se mettre à pleurer à chaudes larmes quand on lui fait des compliments. Il l’a montré sur le plateau d’Un soir à la Tour Eiffel, aux suites d’un reportage à sa gloire qu’il a sobrement commenté les yeux rougis « Vous me faites chialer » ou encore plus récemment sur Le Divan d’Olivier Fogiel. Quand il se donne, c’est à 100%. Quitte à ce que ce soit potache. Une formule qui fonctionne en télé, mais moyennement en radio. Son émission Les pieds dans le plat sur Europe 1 en fait les frais, vu que le bonhomme perd de l’audience à chaque vague de mesure. Il y est devancé par la très belge Charline Vanhoenacker sur… France Inter, vous avez mis le doigt dans le mille.

Sur le même sujet
Plus d'actualité