Où placer son argent en 2016 ?

L’économiste Bernard Keppenne vous donne ses conseils en placements. Pas besoin d’être riche! 1000 à 2000 € suffisent...

photonews_10481759-020

À l’heure où les Belges reprennent progressivement confiance en l’économie mais que leurs livrets d’épargne ne rapportent presque plus rien, l’économiste de la CBC Bernard Keppenne explique comment diversifier ses placements en bon père de famille, tout en pouvant espérer une plus-value dans les 5 à 10 ans. 

50 % en épargne-pension 

Même s’ils ne sont pas nuls, les risques sont infimes! Le capital que vous placez est protégé à l’échéance. De plus, l’État belge propose un bel avantage fiscal : une ristourne de 30 à 40 % de votre mise via à une diminution d’impôt. « Alors non, les épargnes-pensions ne rapportent pas des masses, mais c’est un produit relativement sûr qui vous garantit de revoir un jour votre argent », explique l’économiste.

15 % dans l’immobilier

Investir dans la brique n’est pas une mauvaise idée non plus. « Les plus-values ne sont plus aussi importantes que dans le passé. Néanmoins, il y a peu de chances que le prix des biens immobiliers diminuent cette année », estime Bernard Keppenne.

12 % en actions

À moins d’avoir une âme de joueur, mieux vaut limiter les investissements en actions. Car, comme les obligations d’ailleurs, les plus-values ne sont jamais (!) garanties, mais peuvent aussi rapporter gros. Reste à savoir où investir. « Pourquoi pas les pays émergents, en évitant ceux qui sont trop dépendants à la Chine, en crise. » L’économiste préconise aussi les marchés européens et japonais. Et dans quelles entreprises prendre des parts ? Le secteur pharmaceutique et biotechnologique a le vent en poupe. Celui des produits de consommation en Europe aussi. À l’inverse, acheter des parts d’entreprises industrielles ne serait pas une bonne idée.

10 % sur son compte épargne

On a beau souvent entendre que laisser son argent sur un livret épargne revient à le planquer dans ses casseroles, l’idée ne serait plus totalement absurde. Cette réserve d’argent très rapidement mobilisable peut vous permettre de faire face aux petits aléas de la vie, par exemple si votre machine à laver tombe en panne. 

9 % en obligations

Les risques sont plus faibles qu’avec des actions, car cela revient à prêter de l’argent à une entreprise en recherche de financement. À moins d’une faillite, vous êtes donc assurés de vous faire au minimum rembourser votre mise.

4 % en matières premières

Pour le moment, acheter des matières premières n’est certainement pas la meilleure affaire à cause de la mutation industrielle de la Chine. Selon l’économiste, le secteur devrait toutefois se stabiliser dans les 6 à 12 mois à venir. Et puis le cours de l’or, même si de nombreux experts dont Bernard Keppenne restent méfiants à son égard car il n’apporte pas de rendement chaque année, a tout de même déjà progressé de 8,9 % depuis la fin 2015.

Retrouvez l’intégralité de l’article sur les placements dans le Moustique du mercredi 3 février 2016.

Sur le même sujet
Plus d'actualité