E-commerçants belges, leaders de demain ?

Les commerces en ligne belges ont tout pour trouver leur place sur le marché international. Reste à convaincre les consommateurs de s’y rendre. La CEO de Becommerce donne ses conseils pour les attirer.

reporters_14618740

Selon une enquête de Becommerce, l’association des e-commerçants, les Belges effectuent 72 % de leurs achats en ligne sur des webshops étrangers comme Amazon, CDiscount ou Zalando, au détriment des sites belges. Il faut dire que les entreprises étrangères sont les championnes des prix cassés! Face à cette concurrence ardue, le nombre de e-commerçants implantés chez nous est en diminution. Il y en avait 32 en 2014, contre 28 en 2015. Cela ne signifie pas que nos commerçants 2.0 sont moins nombreux. L’analyse annuelle de BeShopping 100 démontre simplement qu’ils ont tendance à quitter nos frontières.

Apprendre à e-consommer

Comment inciter les e-commerçants belges à rester chez nous? D’abord, en légiférant afin d’autoriser le travail nocturne sans salaire plus élevé pour les boites en ligne. Pour proposer un service rapide et efficace, les commerçants du web sont en effet contraints de préparer les colis pendant la nuit afin de les envoyer au plus tôt. Sur ce point, les partenaires sociaux sont tombés d’accord avant Noël. Un arrêté royal devrait bientôt aboutir.

Cela ne suffira évidemment pas. Le Belge reste bien trop orienté vers les achats physiques. Les soldes en ligne ont toutefois été une belle surprise. Selon le rapport de Comeos, le commerce en ligne en Belgique a représenté cette année 7,13 % du chiffre d’affaires, contre 6,44 % l’an dernier. « D’année en année, nous attirons toujours plus de clients en ligne, indique Dominique Michel, CEO de Comeos, dans un communiqué. L’année dernière, le commerce en ligne a gagné 440.000 nouveaux clients. »

Alors, bien sûr, les commerçants en ligne belges, et basés en Belgique, ne mettront sans doute jamais les multinationales du commerce en ligne K.O.. Elles devraient néanmoins réussir à creuser leur trou. Car, après tout, il est plus rassurant d’acheter chez soi qu’à l’autre bout du monde vu qu’on peut toujours aller trouver les vendeurs en cas de problèmes… Mais comment attirer les clients et lancer un webshop ? On en a parlé avec Carine Moitier, l’administratrice déléguée de Becommerce.

1. Comment attirer les foules vers son site de vente en ligne ?

Carine Moitier – D’abord, il est essentiel d’intégrer un réseau comme celui de Becommerce. Ça permet d’obtenir des chiffres généraux sur le marché des ventes en ligne et de se faire de bons contacts. C’est utile pour les stratégies. Ensuite, il faut bien choisir sa niche. Sur internet, le concurrent n’est qu’à un clic de souris de vous. C’est votre valeur ajoutée qui détermine votre réussite.

2. En tant qu’acheteur, on a parfois l’impression d’être impuissant en cas de problème… Comment les e-commerçants doivent-ils rassurer leur clientèle ?

C.M. – Sur un bon e-commerce, il y a toujours un numéro de téléphone ou un chat. Il faut aussi répondre aux e-mails des clients dans des délais raisonnables. Le succès d’un e-commerce réside en effet dans le bouche à oreille, un phénomène qui fonctionne bien via les médias sociaux. 

3. Au-delà des produits et services, l’ergonomie de la plateforme e-commerce est fondamentale. Comment s’assurer de son efficacité ?

C.M. – Il faut utiliser des « responsive design » afin que le site internet s’adapte facilement à toutes les formes d’écran. Ensuite, il ne faut rien laisser au hasard, que ce soit au niveau des couleurs choisies, de la taille des boutons ou encore de l’agencement des pages. Une fois tous ces éléments pris en compte, ça ne peut que marcher!

Sur le même sujet
Plus d'actualité