Qui est Samuel Etienne, le remplaçant de Julien Lepers?

Le remplaçant de Julien Lepers aux manettes de Questions pour un champion n'a pas le même débit, mais un C.V. bien rempli. Portrait d'un homme contrasté.

illu_03_etienne

 

Du haut de ses 44 ans, Samuel Etienne n’est pas vraiment ce qu’on appelle un jeune premier. Le journaliste qui officiait jusque-là à la présentation du 12/13, le journal de France 3, a commencé tôt, dans les années 1990, au sein de la rédaction de RFI. Mais sa carrière démarre vraiment lors de son passage dans la maison Canal+. Il participe au lancement d’i-Télé, chargé de l’émission N’ayons pas peur des mots où il anime des débats, puis passe à l’Edition spéciale et  présente aussi les journaux du soir. Carré, professionnel, Samuel Etienne se fait rapidement remarquer par France Télévisions qui lui confie des magazines dès 2008 comme Téléscopie ou Comme un vendredi. Il refuse cependant de présenter Ce soir (ou jamais!) qui reviendra à Frédéric Taddeï. Amoureux du travail, l’homme maîtrise également les codes de la radio, puisque après un passage à France Inter pour s’occuper de la revue de presse, il s’arrête finalement sur Europe 1 et remplace Natacha Polony lors de ses congés. Qui dit mieux?

Le sens de la formule

« Mon horo­scope (Taureau) me dit ce matin que mon année 2016 sera placée sous le signe du chan­ge­ment… À suivre. » C’est avec ce tweet que Samuel Etienne a annoncé publiquement qu’il reprenait les rênes de Questions pour un champion sur France 3. Pas franchement révolutionnaire, mais plutôt bien senti pour faire taire les rumeurs. C’est que le journaliste maîtrise les clefs de sa communication. La preuve encore lors de son départ du 12/13, puisque l’homme a décidé d’écrire une lettre d’au revoir à tous ses anciens collaborateurs, remerciant toutes les équipes sans oublier de préciser: « Ma dernière aven­­ture, celle que je m’apprête à embras­­ser, surpren­­dra peut-être certains d’entre vous, mais pas ceux qui me connaissent un peu. (…) J’ai le senti­­ment que le métier de diver­­tir, s’il diffère bien entendu fondamen­­ta­­le­­ment de celui d’infor­­mer, est aussi néces­­saire à la marche du monde, surtout dans les heures sombres que nous venons de traver­­ser ». Ou comment justifier son choix de carrière et surtout éviter que d’autres le fassent à sa place.

L’homme qui ne s’arrête jamais de courir

Envie de croiser Samuel Etienne? La meilleure manière, c’est encore d’aller faire un jogging dans Paris. C’est que le bonhomme aime entretenir son corps, tout comme son épouse, une horlogère du nom d’Helen, avec qui il participe tous les ans au marathon de Paris. Adepte de la course à pied, le journaliste est en constante recherche de sensations et a récemment commencé le triathlon. Le plateau-repas devant la télé, très peu pour lui vu qu’il s’entraîne au minimum trois fois par semaine, en plus d’effectuer une petite séance de gainage chaque matin entre le café et les tartines. Rien que ça! Rajoutons qu’il sera au départ de l’Iron Man de Nice le 5 juin prochain, sans doute l’un des parcours les plus difficiles du monde, qu’il a également pratiqué l’escrime et on aura plus ou moins fait le tour de son palmarès sportif. Les futurs candidats de QPUC savent à quoi s’en tenir. 

L’encre dans la peau

Sous ses airs de gendre idéal, grands yeux bleus et sourire ultra-bright, Samuel Etienne entretient une passion… pour les tatouages. Eh oui, les motifs, il préfère les porter en dessous de ses costumes noir-bleu-gris. Comme il le confiait dans les colonnes de France Dimanche: « J’ai commencé à me faire tatouer au début de ma trentième année. J’ai longtemps trouvé ça vulgaire et, un jour, j’ai rencontré quelqu’un de tatoué. Chemin faisant, j’ai trouvé l’idée intéressante. A mesure que j’accumule les tatouages, j’ai l’impression que mon corps m’appartient un peu plus, et je suis un peu plus en paix avec lui. Le seul risque, c’est l’addiction. J’essaie donc de me réfréner et me limite à un nouveau tatouage tous les cinq ans ». Pourtant, pas question pour lui de présenter sa face cachée aux yeux du monde, ses tatouages, c’est son petit jardin secret. Donc, non, Samuel Etienne ne présentera pas Questions pour un champion en marcel, un dragon sur le bras, même si ça aurait pu assurer une véritable transition. « Se couper d’une partie des téléspectateurs en raison de ses propres choix esthétiques, ce serait quand même dommage. »

L’esprit de compétition

Alors que France 3 annonçait vouloir féminiser et rajeunir Questions pour un champion en évinçant Julien Lepers, suivant les indications de la présidente de France Télévisions, Delphine Ernotte, Samuel Etienne n’était pas vraiment parti favori dans la course au jeu. Pourtant, lors d’un casting composé en majorité de candidates, l’homme a su prouver par A + B qu’il serait le remplaçant idéal. Niveau « féminisation », on repassera. Face à Elodie Gossuin, Marine Vignes ou encore Eglantine Eméyé lors de la phase de sélection, le journaliste s’est apparemment fait remarquer grâce à son sourire, son enthousiasme et son envie de changer les choses, quitte à plus ancrer les questions du jeu vers l’actualité. Ce qui compensera son manque de poitrine? On jugera sur pièces, dès le passage de relais le 22 février.

Le sens de la repartie

Samuel Etienne a le verbe rare. Mais quand il décide de l’ouvrir, il sait y mettre la forme. Roselyne Bachelot en a récemment fait les frais. La chroniqueuse de D8, qui commentait le transfert du journaliste à la tête de Questions pour un champion, a expliqué qu’elle considérait ce revirement de carrière comme un flop, tout en ironisant sur le mélange des genres. Piqué au vif, Samuel Etienne lui a tout de suite renvoyé la balle, dans un SMS ironique mais justifié. « Bonjour Rose­lyne, j’espère que vous allez bien. Un flop? Ce n’est pas bien d’enfer­mer des gens dans des cases, c’est comme si on inter­di­sait aux poli­tiques de devenir chro­niqueurs 🙂 Je vous souhaite une douce et lumineuse année. Samuel. » Plutôt bien rétorqué, quand on sait que la chroniqueuse a enchaîné plusieurs mandats politiques avant de s’essayer à la télé. Du coup, belle joueuse, elle a assumé son tort le lendemain à l’écran en dévoilant le SMS sur le plateau du Grand 8. Je suis… Je suis… un très bon communicateur.

QUESTIONS POUR UN CHAMPION

DES LUNDI 22 FEVRIER FRANCE 3 18H10

Sur le même sujet
Plus d'actualité