David Bowie en 14 dates et 37 chansons

Né "Jones", un patronyme d'une banalité abyssale en Angleterre, David Robert est devenu David Bowie pour entrer dans la légende et ne plus jamais la quitter. De son enfance à Brixton à son décès à New York, en passant par Berlin et Los Angeles, de "Space Oddity" à "Lazarus", retour en dates et musique sur une vie et une carrière extraordinaires.

illu_01_bowie

> 1947. Naissance de David Robert Jones le 8 janvier à Brixton, Londres.

> 1969. Après plusieurs groupes et plusieurs enregistrements discographiques qui trouvent peu d’échos, Bowie décroche son premier tube avec Space Oddity (L’Odyssée de l’espace), dont la sortie coïncide avec le lancement d’Appolo 11 et les premiers pas sur la Lune.

> 1970. David Bowie épouse Angela « Angie » Barnett. Qu’on le veuille ou non, Angie aura une influence sur les codes vestimentaires de David, notamment dans sa période « glam ».

> 1972. Sortie de l’album concept « The rise and fall of Ziggy Stardust and The Spiders from Mars« . Bowie invente le personnage de Ziggy et signe les tubes Soul love, Moonage Dadydream, Five years,  Ziggy Stardust et Rock and roll suicide.

> 1974. Bowie quitte Londres pour Los Angeles et ses excès. Si son album « Diamond Dogs » (1974) trouve son inspiration dans le roman 1984 de George Orwell, Young Americans est clairement influencé par sa nouvelle vie californienne.

> 1976. Bowie prend les traits du Thin White Duke sur l’album « Station to station ».

> 1977. Bowie entame sa prétendue trilogie berlinoise avec « Low » (pourtant principalement enregistré en France). Suivront « Heroes » (1977, effectivement enregistré au Hansa Studio de Berlin) et « Lodger » (1979, réalisé en Suisse).

> 1980. La star invite sa maman dans le clip de Ashes to ashes. La même année, il interprète sur une scène de théâtre de Broadway le personnage de John Merrick dans Elephant Man.

> 1983. Réalisé par Nile Rodgers (Chic), « Let’s dance » est son plus gros succès commercial. La même année, la star est à Cannes pour présenter The Hunger (Les prédateurs avec Catherine Deneuve et Susan Sarandon) et surtout Merry Christmas Mr. Lawrence de Nagisa Oshima.

> 1989. Se sentant dans une impasse artistique après le commercial  « Tonight » et l’inconsistant « Never let me down » (qu’il décrira plus tard comme « horrible »), Bowie fonde le groupe indie Tin Machin avec qui il enregistre deux disques studio et un live.

> 1995. Inspiré par Nine Inc Nails, Marilyn Manson et la drum & bass anglaise, Bowie publie « Outside » et se trouve un nouveau public.

 > 2003. Dernière tournée mondiale de Bowie qui coïncide avec l’album « Reality« .  Bowie joue au Sportpaleis le 5 novembre. Le 25 juin 2004, il doit interrompre son concert à Scheebel en Allemagne. Hormis quelques apparitions (avec Arcade Fire, David Gilmour, Alicia Keys), il ne remontera plus sur scène.

> 2013. Bowie sort de sa retraite new-yorkaise et publie « The next day » qui est numéro 1 dans vingt-deux pays, dont la Belgique.

> 2016. Le 8 janvier, jour de son 69e anniversaire, Bowie sort « Blackstar« . Il s’éteint le 10 janvier.

Sur le même sujet
Plus d'actualité