La discothèque de Patrick Bruel

De passage à Bruxelles pour la promotion de son album hommage à Barbara, il évoque ses disques coups de cœur et ceux qui l'ont construit.

illu_52_bruel

Patrick Bruel est de très bonne humeur et plutôt content à l’idée de parler de la musique qu’il aime. Ou plutôt des musiques qu’il aime… De Stromae dont il presque jaloux aux opéras de Puccini, il replonge dans sa discothèque idéale avec une passion de fan. C’est avec ce même enthousiasme, enrobé d’affection et de respect, qu’il vient de signer « Très souvent je pense à vous »… », album de quinze reprises de Barbara, découverte grâce à sa maman. « Je me suis posé longtemps la question d’un tel disque. Mais quand j’ai fini par me décider, j’y suis allé sans appréhension. Je savais que j’allais me heurter à une chapelle et que certains allaient m’en vouloir. J’interprète son œuvre, je ne me prends pas pour elle. »

BARBARA

Bobino 67 – 1967

J’ai 8 ans, je découvre ce disque live que ma mère vient d’acheter. Madame, A mourir pour mourir, Ma plus belle histoire d’amour, Au cœur de la nuit… J’accroche aux mélodies et aux textes dont je me fais ma propre interprétation. Il y a certainement des chromatismes chez elle qui viennent toucher au cœur de l’enfance. Comme Mozart, Barbara a des vertus thérapeutiques. Pourquoi un enfant de 8 ans est touché par ça? Je n’en sais rien. C’est ce qui fait la magie de la musique. La plupart des chansons de ce disque se retrouvent sur mon album de reprises.

La suite de la discographie de Patrick Bruel dans le Moustique du 23 décembre 2015

Sur le même sujet
Plus d'actualité