La Belgique reçoit le bonnet d’âne de la COP21

Les ONG ont décerné le prix “Fossile du jour” à la Belgique et son inaction en matière d’environnement. On devrait peut-être prendre exemple sur le Bouthan. Ou le Maroc.

reporters_20558393

Les 950 organisations non gouvernementales réunies sous la coupole « Climate Action Network » – qui hue publiquement les pays à la traine dans le dossier climatique – ont attribué, lundi, le “Fossile du jour » à la Belgique. Un prix douloureux pour l’image, mais surtout pour la planète. Il est malheureusement difficile de trouver ce couronnement injuste. En 2012, les émissions de CO2  s’élevaient chaque année à 9,20 tonnes par habitant, tandis que la part du renouvelable peine à franchir la barre des 10 %. En comparaison, la Suède, un pays économiquement et démographiquement proche du nôtre, affiche des émissions de 5,10 tonnes de CO2 par an par habitant et 47,3 % d’énergies produites par du renouvelable.

Mais si la Belgique est sous les projecteurs, c’est surtout parce que le Premier ministre Charles Michel n’a fait aucune annonce convaincante lors de son discours à la COP21. La faute à une absence d’accord entre les entités fédérées. Si les régions wallonne et bruxelloise ainsi que le Fédéral était à deux doigts de mettre un terme aux négociations ce week-end, la Flandre a stoppé les réjouissances. Le Ministre-Président Geert Bourgeois estime que l’objectif de 13 % des énergies produites par le renouvelable d’ici à 2020 est bien trop couteux pour la Région flamande. Il réclame une “solidarité wallonne » si elle ne parvient pas à atteindre l’objectif. Charles Michel s’est dès lors contenté de rappeler au monde que la Belgique consacrerait 50 millions à l’aide au développement. Pas très encourageant quand, au même moment, la Suède, toujours elle, promet 580 millions d’euros pour contribuer au financement climatique international. Sauf que si la Suède est un modèle à l’échelle européenne, les véritables exemples en matière d’environnement se trouvent sur les autres continents. La COP21 en met quatre en avant.  

Le Bouthan. Ce pays d’Asie du Sud entend atteindre le… 0 émission de gaz à effet de serre (GES) au plus vite. Le gouvernement affirme également que la totalité de son électricité est produite par des ressources hydrauliques.

Le Costa Rica. Ce petit pays d’Amérique centrale promet de devenir neutre en carbone avant 2021 et de réduire de 44 % ses émissions de GES d’ici à 2030.

L’Éthiopie. Le continent africain ne pèse seulement que 7 % des émissions mondiales, L’Éthiopie veut faire mieux encore. D’ici 2030, elle prévoit de réduire ses émissions de GES de 64 %.

Le Maroc. Le gouvernement entend réduire d’au moins 13 % ses émissions de GES avant 2030 (jusqu’à 32 % si les aides financières internationales le permettent). En 2020, la plus grande centrale solaire du monde sera d’ailleurs installée dans la ville d’Ouarzazate et fournira… la moitié de l’électricité du pays.

Sur le même sujet
Plus d'actualité