Mia madre – Quel beau film

Mia madre est un film sombre qui explore à nouveau le thème du deuil. Une œuvre magnifique dédiée à la figure de la mère. 

illu_49_nanni

Réalisatrice de cinéma en plein tournage, Margherita n’en mène pas large. Sa vedette américaine sape sa vision engagée, sa fille est une ado emmerdeuse, sa mère décompte les jours à l’hôpital avant le dernier voyage. Pour couronner le tout, son frère Giovanni est d’une insupportable perfection.

On annonçait ce film, qui reprend la thématique du deuil déjà explorée dans le bouleversant La chambre du fils, comme l’œuvre la plus personnelle et la plus sensible de son auteur. C’est peut-être faire fi d’une filmographie qui n’a eu de cesse de raconter Moretti comme un être fracturé, tiraillé entre son engagement politique et la poésie infiniment belle du clown dépassé par ses questionnements métaphysiques.

Cet effet d’annonce n’était pourtant pas surfait. Avec l’âge (il a 62 ans), on pensait Moretti rassuré, arrivé à la tranquillité intérieure. Il n’en est rien. Ici, la tragédie (la lente agonie de la maman) ne s’immisce pas dans une famille unie. Dès le départ, rien ne va dans la vie de Margherita, double du réalisateur qui se contente d’un second rôle en retrait. Moretti n’a sans doute jamais été aussi sombre. Mais sa drôlerie et sa tristesse y gagnent encore en profondeur. Car on rit. Beaucoup. Des prises de bec entre Margherita et le prétentieux acteur américain. On s’émerveille de scènes toujours inspirées comme cette balade (rêvée?) le long d’une file de cinéma en hommage à Woody. On s’émeut de ces retrouvailles à l’hôpital avec la maman (Giulia Lazzarini, quelle actrice!) qui donnent sa respiration au film. Avec des petits détails qui font toute la différence, Moretti montre qu’il n’y a rien de plus apaisant et merveilleux que l’amour entre une mère et ses enfants. Quel beau film. 

Mia madre

Comédie dramatique

Réalisé par Nanni Moretti. Avec Margherita Buy, Giulia Lazzarini, John Turturro – 111′.

Retrouvez le portrait de Nina Moretti dans le Moustique du 2 décembre 2015

Plus d'actualité