Eagles of Death Metal: « nous serons les premiers à rejouer au Bataclan »

Traumatisés, meurtris mais vivants, les membres du groupe américain se sont confiés au site Vice. Sur les événements du 13 novembre à Paris et sur leur futur. Bouleversant.

screen_shot_2015-11-26_at_12

« Ils ont tué tous les gens qui s’étaient cachés dans notre loge. Sauf un enfant. Qui était planqué sous ma veste en cuir » explique le chanteur et cofondateur du groupe, Jesse. Si plusieurs membres ont pu « rapidement » s’enfuir de la salle et du massacre (« les fans ont été super et nous ont aidés à l’extérieur »), d’autres comme Jess, le bassiste, sont restés coincés au milieu du chaos. Avec d’autres personnes, il s’est réfugié dans une salle, qui était en réalité une voie sans issue. Pour seule arme de défense: une bouteille de champagne qui était prévue pour l’after. « Plusieurs gens étaient blessés. Ils saignaient. On a barricadé la porte avec des chaises. Mais il y a avait une fuite d’eau au plafond. L’eau montait jusqu’à nos chaussures et coulait sous la porte. Risquant ainsi de signaler notre présence aux terroristes » explique Jesse.

Si la plupart des membres n’ont compris le sens de cette attaque qu’une fois protégés au commissariat, l’ingé son a eu moins de chance et s’est retrouvé face aux tueurs: « J’étais au fond de la salle. Près des portes d’entrée de la salle. Les gens dansaient, rigolaient. C’était un excellent concert. » Au moment où tout bascule dans l’horreur, il entend des bruits derrière lui. Comme des pétards. « Puis les gens ont commencé à tomber. Morts. Blessés. Les survivants se jetaient sous ma console. Je suis resté debout. Un des tireurs m’a vu et m’a tiré dessus. Il m’a loupé. Il a dû toucher ma console car tous les boutons sont partis en l’air. J’ai sauté alors par terre. Il a dû me croire mort ». L’ingé son a vite compris ce qu’il se passait car le tireur, entre deux tirs, hurlait « Allah Akhbar ». Aidé par d’autres personnes, il a pu sortir une femme blessée à la poitrine et de la salle et s’enfuir…. Sous les tirs. 

Tout le récit de la soirée est glaçant. Les membres du groupe, touchés et bouleversés, témoignent de leur chance de s’en être tous sortis. Sauf un membre de leur crew Nick, responsable du merchandising qui est mort pour avoir protégé son amie. Arrivés à la police, il contacte l’autre cofondateur du groupe resté aux USA, Joshua, qui va les « rassurer » et leur expliquer ce qu’il se passe réellement.

On reprendra la musique là où elle s’est arrêtée au Bataclan

Dans une autre partie de l’interview, les deux cofondateurs reviennent sur les événements de Paris. « Tout ce que je peux faire pour le moment, c’est écrire, encore et toujours, le nom de toutes les personnes décédées« . Car le groupe ne veut pas être le porte-parole de la soirée: « nous sommes sous les projecteurs parce que nous sommes le groupe. Mais nous représentons tous les fans qui ne s’en sont pas sortis. Nous voulons que le monde sache qui s’il y a eu autant de victimes, c’est parce que les gens ne voulaient pas abandonner leurs amis coincés sur place« .

Au bord des larmes, comme au tout long de l’interview, Jesse refuse de voir tout en noir: « je refuse de dire que tout ça est pourri. J’ai une vie bénie grâce au rock’n’roll. Je veux continuer à passer ma vie à sourire avec mes amis et à divertir ».

Malgré le traumatisme, le groupe veut rejouer à Paris. « J’ai hâte de retourner à Paris et d’y rejouer ». Et il va plus loin en voulant être le premier groupe qui rejouera au Bataclan. « Nos amis sont venus écouter du rock’n’roll et sont morts. Je veux y retourner et vivre! »

Le groupe finira-t-il la tournée malgré tout? « Oui, nous allons continuer car nous devons le faire ». Et face aux marques, incroyablement nombreuses selon Vice, de soutien, d’amour, le groupe confesse que cela fait un bien fou. Et que cela doit servir à rassembler. A créer quelque chose de beau. De bon. « Ca prendra un très long moment pour savoir que faire et ce qu’il s’est vraiment passé », explique Joshua tellement bouleversé qu’il interrompt l’interview.

Save a Prayer et I Love All the Time, pour aider les victimes

Eagles of Death Metal avait repris « Save a Prayer » de Duran Duran. Le groupe de Simon Le bon a décidé de reverser tous les droits de la chanson. Le titre est d’ailleurs monté rapidement dans les charts à la suite de la proposition des fans français d’en faire le numéro 1 sur iTunes en hommage. De son côté, le groupe des Eagles of Death Metal a décidé que leur chanson « I Love You All The Time »  était disponible pour toute reprise de tous styles. Et que tous les droits seraient reversés aux victimes.

Le groupe termine l’interview en se disant disponible pour toutes les victimes. Pour discuter, pour échanger, pour affronter ensemble. Avec les fans, les victimes survivantes, les familles et les Français.

Les Eagles of Death Metal sont blessés mais volent toujours. Avec beaucoup d’amour.

Sur le même sujet
Plus d'actualité