Violences conjugales, les chiffres belges

A l'occasion de la Journée mondiale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, SOS Violence rend concrète cette réalité cachée.

screen_shot_2015-11-25_at_09

162 décès C’est le nombre de personnes qui, en Belgique, ne se sont pas relevées des coups donnés par leur conjoint(e) en 2013. Pour leur rendre hommage et sensibiliser le public, un happening était organisé mercredi dernier: 162 personnes sont se sont écroulées en un « domino humain », devant la Bourse de Bruxelles. Regardez la vidéo ci-dessus.
 
6 pour 1 Les femmes sont six fois plus souvent victimes de violences conjugales que les hommes.
 
4 sur 10
Dans 40% des cas, au moins un enfant est témoin de ces violences.
 
12,7 % Une femme de la Région bruxelloise sur huit a témoigné avoir été victime de violences domestiques physiques et/ou sexuelles dans l’année écoulée (chiffres 2010), ce qui est plus élevé que la moyenne européenne.
 
45 % Les violences conjugales prennent différentes formes: violence verbale (45%), intimidation (22%), violence physique (15 %) et/ou sexuelle (6 %).
 
1/3 On sait que 34 % des victimes féminines ne disent rien au sujet des violences domestiques qu’elles subissent. Un silence que certaines parviennent finalement à rompre, pour s’en sortir et, parfois, pour éviter à d’autres de vivre la même chose. Comme Morgane Séliman, trentenaire française qui vient de publier « Dans trois heures, je te défonce » (XO Documents, 2015) où elle raconte les coups. Au début, son compagnon ne la battait jamais devant leur fils, d’où le terrible compte à rebours jusqu’à l’heure du coucher du petit garçon…
 
Pour en savoir plus: www.sosviolence.brussels

Sur le même sujet
Plus d'actualité