L’avenir est dans la m…

Les excréments humains constituent une formidable source d'énergie inexploitée. C'est dans nos besoins que la planète reconnaîtra ses amis.

isopix_22027951-003

D’après les Nations Unies, un milliard d’êtres humains dans le monde ne disposent pas de toilettes. Cela pose, en premier lieu, un risque sanitaire certain: 10% des maladies sont encore aujourd’hui reliées au manque d’hygiène dans les pays en développement. Mais il s’agit aussi d’une énorme opportunité gâchée. D’après un récent rapport de l’ONU, les biogaz issus des excréments humains sont composés à 60% de méthane. Or, celui-ci peut être extrait suite à un processus simple de décomposition des matières fécales par des bactéries, comme c’est déjà le cas en agriculture, par la « méthanisation » de déjections des vaches d’élevage, mais aussi lors de missions spatiales habitées.

Si elles étaient exploitées plus systématiquement, les déjections humaines produiraient alors une source d’énergie potentiellement capable de générer de l’électricité pour 138 millions de foyers. Et ce n’est pas tout. Les résidus, une fois séchés et carbonisés, pourraient à leur tour produire un combustible semblable au charbon de bois, mais bien plus durable puisque celui-ci ne serait pas produit à partir d’arbres, qui restent à ce jour l’une des principales ressources pour se chauffer et cuisiner dans les pays moins développés. Ce « charbon fécal » pourrait ainsi fournir jusqu’à dix millions de tonnes de matière exploitable, sans abattre une seule plante.

Le 19 novembre 2015 aura lieu la journée mondiale de promotion des toilettes.

Sur le même sujet
Plus d'actualité