Les comiques au pouvoir

De l’humour à la politique, il n’y a qu’un pas. Certains comiques usent de leur image populaire pour récolter des voix aux élections.

reporters_20082822

Les Guatémaltèques ont élu le 25 octobre dernier Jimmy Morales, un acteur comique sans aucune expérience politique, à la présidence du pays avec près de 54 % des voix. L’humoriste a ainsi profité de l’élan d’exaspération envers la classe politique traditionnelle… corrompue. Le cas de Jimmy Morales n’est pas isolé. 5 autres exemples de comiques passés en politique.

Beppe Grillo Humoriste populiste italien, Beppe Grillo est le leader du Mouvement 5 étoiles, troisième formation politique du pays. Aux élections générales de 2013, son parti a même obtenu un quart des suffrages! Comme Jimmy Morales, il a forgé sa popularité sur le rejet des partis traditionnels en jouant beaucoup sur son image.

Tiririca Ce clown analphabète (pour de vrai) a obtenu en 2010 le plus haut score jamais enregistré par un candidat-député au Brésil en récoltant plus d’un million de voix. Sa campagne électorale ressemblait pourtant à une énorme blague… Il apparaissait en public coiffé d’un chapeau rouge, d’une perruque et de vêtements aux couleurs vives. Il semblerait pourtant qu’il soit à la hauteur des espérances puisqu’il a été réélu en 2014. Ah oui. Il sait désormais lire et écrire.

Lagrimita Au Mexique en juin dernier, ce célèbre clown a profité des scandales de corruption pour tenter de décrocher la mairie de Guadalajara, la deuxième ville du pays. Il n’a toutefois pas été pris au sérieux et n’a obtenu que… 0,73 % des voix.

Roseanne Barr L’humoriste américaine s’est lancée en 2012 le défi de devenir présidente des États-Unis. N’aimant ni les Démocrates, ni les Républicains, elle a opté pour le Parti vert américain. Sans succès. Elle s’est alors tournée vers un petit parti californien « Paix et liberté » dont elle a décroché l’investiture. Elle continue donc à se battre pour, selon ses mots,  « changer le monde, et régler rapidement tous les problèmes, de la dette nationale à la crise du Moyen-Orient. »

Coluche Il a voulu se présenter aux élections présidentielles de 1981 sous le slogan « Avant moi, la France était coupée en deux. Maintenant, elle sera pliée en quatre ». À la fin de l’année 1980, les sondages lui prêtaient même 15 % des intentions de votes! Coluche a toutefois renoncé quelques mois avec le scrutin.

Sur le même sujet
Plus d'actualité