Adieu le bonus logement !

La fiscalité immobilière est en pleine mutation. La Wallonie opte pour le « chèque-habitat » et Bruxelles pour la hausse de l'abattement sur les droits d’enregistrement.

reporters_17022875

Il fallait s’en douter : après la réforme de la fiscalité immobilière en Flandre, la Wallonie et Bruxelles allaient suivre. Mais contrairement au gouvernement flamand qui a décidé de maintenir le bonus logement – c’est-à-dire une réduction d’impôt sur les prêts hypothécaires – en réduisant sa portée de 30 %, les deux autres régions du pays changent carrément de système, en tenant compte des efforts budgétaires à réaliser. 

À Bruxelles                                                                                                          

La disparition du bonus logement sera compensée dès le 1er janvier 2017 par une augmentation de l’abattement sur les droits d’enregistrement. Les nouveaux propriétaires seront ainsi dispensés de payer les 12,5 % de frais sur les premiers 175.000 € de leur bien immobilier. C’était déjà le cas sur les premiers 60.000 € (jusqu’à 75.000 €, selon les cas). Une bonne mesure ? Ça se discute. L’avantage est que les nouveaux propriétaires économiseront plus d’argent au moment où ils en ont le plus besoin : lors de l’achat. Par contre… la perte financière, sur le long terme, est assez importante : 35.000 €, selon Julien Manceaux, économiste spécialiste du marché immobilier chez ING. « La suppression du bonus logement fait perdre 50.000 € de capital aux bailleurs sur 20 ans. Or, ces derniers ne gagnent que 14.500 € avec la hausse de l’abattement. »

En Wallonie

Ici, c’est le « chèque-habitat » qui remplacera le bonus logement à partir du 1er janvier 2016. Pour faire simple, les Wallons pourront recevoir un crédit fiscal pour leur première propriété s’ils contractent un prêt hypothécaire de minimum dix ans, sauf ceux qui gagnent plus de 81.000 € net imposables par an. Ensuite, c’est la règle de la proportionnalité qui sera d’application : plus les revenus seront modestes, plus l’aide fiscale sera importante. Les gagnants de cette réforme sont incontestablement les Wallons aux faibles revenus, qui devraient économiser plus qu’avec le bonus logement. Par contre, la classe moyenne supérieure devrait regretter l’ancien système…    

Découvrez les arguments pour et contre les nouveaux systèmes et leurs impacts sur le marché immobilier dans le Moustique du mercredi 4 novembre 2015.

Plus d'actualité