5 choses que vous ne savez pas sur les sodas

Tout le monde ou presque le sait: une cannette contient l’équivalent de 7 morceaux de sucre. Mais les boissons sucrées renferment bien d'autres secrets…

reporters_19176588

Ils tuent un Belge par jour

Une étude publiée en juin dernier dans la revue américaine Circulation a calculé que les boissons sucrées (sodas, thés glacés, sirops de fruits,…), en favorisant l’obésité, le diabète, les maladies cardio-vasculaires et les cancers, font 184.000 morts par an dans le monde. Les jeunes et les habitants de pays à bas ou à moyens revenus sont les plus touchés. Het Laatste Nieuws a calculé qu’en Belgique, ces « excès de sucre » font 396 morts par an, soit plus d’un par jour.

Les sodas lights font manger plus

Les Américains en surpoids qui consomment des boissons « light » (dont la consommation est passée de 3 % en 1965 à 20 % aujourd’hui) mangeraient plus que les autres, selon une étude publiée dans l’American Journal of Public Health. Les chercheurs ont observé 24.000 personnes entre 1999 et 2010 et conclu que les personnes en surpoids ou obèses adeptes des boissons light absorbent plus de calories que les autres, même si le total par jour est comparable à celui des personnes en surpoids ou obèses consommant des boissons sucrées “classiques”.

Ça vous gave comme une oie

Boire un soda quotidiennement augmente votre risque de stéatose hépatique non alcoolique (ce qu’on appelle le foie gras chez les oies et les canards) de 55 %. Et 90 % des obèses sont concernés par cette maladie qui n’existait pour ainsi dire pas avant l’explosion de consommation de sucre du siècle dernier.

Des effets comparables à ceux de la cocaïne

Certains se disent « accros » à l’une ou l’autre marque de soda… C’est plus qu’une expression, et c’est peut-être lié aux effets « stupéfiants » du sucre sur notre cerveau. En 2007, l’Institut des neurosciences de Bordeaux avait en effet montré que des rats étaient plus accros au sucre qu’à de la drogue. Quand ils ont le choix entre une boisson sucrée et une dose de cocaïne, ils choisissent à 90 % la boisson sucrée, même s’ils ont été exposés à la cocaïne auparavant. Les chercheurs ont obtenu le même résultat avec de l’héroïne. D’autres laboratoires ont constaté que le sevrage de sucre chez des rats entrainait un syndrome de manque ou encore, que des souris étaient prêtes à recevoir des décharges électriques pour obtenir davantage de sucre. En 2013, une étude américaine a montré que les biscuits Oreo (les plus vendus au monde) activaient dans le cerveau de rats les mêmes zones de plaisir que la cocaïne et la morphine.

L’Amérique s’en désintéresse

Alors que les sodas sont le symbole mondial du mode de vie US et que la consommation de boissons sucrées a grimpé en flèche dans ce pays centre 1960 et 1990, leur vente a baissé d’un quart sur les 20 dernières années. Notamment au profit de l’eau en bouteille qui devrait devenir la boisson la plus vendue aux States en 2017. Il semble que les programmes de prévention commencent enfin à porter leurs fruits.

Découvrez notre dossier « Taxe soda, l’occasion manquée » dans Moustique (21/10).

Sur le même sujet
Plus d'actualité