Dauriac dénonce un coup monté

L'ancien chef de la rédaction du JT de la RTBF annonce qu'il va porter plainte au pénal.

large

Christian Dauriac a tenu une conférence de presse ce vendredi suite à son éviction soudaine de la RTBF jeudi soir. Motif de ce licenciement? Le chef de la rédaction du JT aurait tenu des propos homophobes et racistes à l’encontre de l’un de ses collaborateurs, Bertrand Brebois, producteur de l’émission « 7 à la Une ». D’origine allemande, ce collaborateur aurait reçu un mail (dévoilé par la DH) où Dauriac s’exprimait en ces termes : « Tu pourrais mesurer ta maladresse […] Ton pays a inventé un système où méritent de finir les gens comme toi  » Lors de cette conférence de presse, le journaliste français a dénoncé des « faux en écriture » et « des méthodes de voyous ». « Je n’imaginais pas un tel complot pour me faire partir. Ils sont capables de tout à la RTBF » pour ajouter ensuite, au sujet de Bertrand Brebois « Je le considérais comme un ami. Je pense qu’il a été forcé de faire ce témoignage. » L’ancien chef de la rédaction du JT a ensuite annoncé qu’il réfutait toutes les accusations le concernant, précisant toutefois qu’il lui était difficile d’avancer des preuves puisqu’il n’a plus accès à son ordinateur.

Si pendant deux ans après son arrivée à la tête de l’info, tout a plutôt bien fonctionné avec les équipes en place, la situation aurait dérapé ces derniers mois à la suite de frictions avec la direction qu’il trouvait trop interventionniste. Manipulateur, menteur, cassant,… Ses anciens collaborateurs ne manquent pas de qualificatifs pour accabler Christian Dauriac. L’un deux confirme d’ailleurs que trois membres de la rédaction sont partis en burn out à cause de ses remarques (dont deux chefs du service de société), et que le chef de la rédaction du JT a attaqué au bazooka l’une de ses collègues stériles, parlant de « fruit sec » en l’évoquant.

L’homme, décrit comme un « pervers narcissique » avait suivi plusieurs coachings de management ces derniers mois, suite à des tensions internes. « Rien qu’à voir sa stratégie de défense, qui souligne les bons résultats du JT, on comprend le personnage » commente une source en interne « La progression des audiences de l’info, on ne la doit pas qu’à une personne, mais à toute une équipe. Cette façon de se ramener la couverture à lui est symptomatique. » Un autre de ses collaborateurs nous rapporte d’ailleurs qu’il y a eu un gros clash lors de l’émission spéciale de la RTBF « Les réfugiés et moi ». Dauriac, réfractaire au projet, n’aurait pas hésité à ruer dans les brancards, allant jusqu’à crier qu’il ne voulait pas qu’on parle de ces « sales métèques ». Christian Dauriac, qui se dit abattu, doit se rendre lundi à la RTBF pour connaître les motifs précis de son licenciement. Il a d’ores et déjà annoncé qu’il porterait plainte au pénal pour reprendre son poste.

UPDATE : Si la RTBF affirme que la « la vérification des mails (…) est toujours en cours », il semblerait que le mail en question soit effectivement un faux, selon une analyse de son « en-tête technique ». Cependant, l’éviction de Christian Dauriac reste d’actualité, comme l’appuie Bruno Deblander, porte parole de la RTBF « Que ce mail soit vrai ou faux ne change rien. Le licenciement de M. Dauriac résulte d’un ensemble d’éléments dont le mail en question n’est pas la pièce dominante. »

Sur le même sujet
Plus d'actualité