Kroll nous fait une scène

Le dessinateur de presse va tâter du one-man-show, ses dessins sous le bras. Pour se raconter et nous convaincre de "dé-cris-per".

20151003kroll-6

Réglé comme une pendule, Pierre Kroll sortira son 21ème album fin de ce mois d’octobre. Outre ce « On rira tous au paradis », compilation de dessins de la dernière année, et sa présence en radio (« Un samedi d’enfer » sur la Première) et en télé (« Les décodeurs » sur la Une), le Liégeois va s’offrir une savoureuse frayeur inédite: monter sur scène pour dix dates, dans dix villes de Belgique francophone. Avec un one-man-show, « mon « one » comme disent mes enfants. Un vrai spectacle où je suis mis en scène et je n’improvise pas le déroulé, explique Kroll. J’ai écrit longuement puis Bruno Coppens m’a aidé à découper, à mettre du rythme, à faire le moins « conférence » possible. On coupe, on resserre pour rendre grand public des passages où je suis trop intello. Bruno m’a surtout forcé à ramener les choses à moi. Moi et Charlie Hebdo, moi et les politiques, moi et le politiquement correct… Des questions de fond à expliquer de manière accessible et avec humour au public. Il y a une mise en danger, une performance... »

Il y sera aussi évidemment question de dessins. « Je vais montrer des dessins qui ont fait réagir pour expliquer comment le politiquement correct s’insinue dans les choix, muselle. Quand je dessine un Noir, quel que soit le contexte, y a toujours quelqu’un pour me taxer de raciste, explique le dessinateur vedette dans la longue interview qu’il nous a accordée sur fond d’Atomium et à découvrir en intégralité ce mercredi dans votre Moustique. Avec comme leitmotiv: « détendez-vous », décrispons!. On est dans un monde trop tendu sur toutes les questions de cultures, de religions, de politiques, de tabous. » Et la scène est le lieu idéal pour relativiser tout cela. Mais à propos, qui ou qu’est-ce qui a les faveurs de Pierre Kroll sur les planches?

Irait-il sur scène: avec Pirette, Dieudonné ou Arthur?

« Pirette que je connais et parce que j’aime les gens bienveillants. Dieudonné, je serais prêt à le rencontrer, même à partager une scène. Je sais qu’il « like » beaucoup mes dessins sur ma page Facebook. Je n’ai pas aimé quand il a cassé avec violence ma copine Myriam Leroy suite à son billet d’humeur sur Canal+. La riposte de Dieudonné a déclenché une vague de menaces immondes contre Myriam. Dieudonné aurait pu arrêter, contrôler sa meute de fans car c’est un vrai leader d’une opinion qu’il a construite. Hormis cela, si on expurge ses sketches de la dimension antisémite, je lui trouve énormément d’humour et de drôlerie. Pirette, comme Dieudonné, est aussi victime d’un ostracisme, d’une autre nature. Je trouve qu’il n’est pas assez bien jugé par rapport à sa valeur. » 

Amateur de théâtre: de boulevard, intello-gauchiste ou classique?

« Classique. Je peux te citer des pages entières de Bérénice de Racine ou d’œuvres de Molière. C’est immortel,  indépassable en termes de formulation d’idées avec une telle économie de mots pour dire des choses aussi parfaites sur l’amour, la mort, le pouvoir, des thèmes éternels. À l’école cela me faisait chier, aujourd’hui j’admire. Par contre, le théâtre intello-gauchiste m’emmerde et le boulevard, c’est drôle mais dépassé. » 

Et le meilleur one man show: Bigard, Jamel, Elmaleh ou Virginie Hocq?

« Oh là là… Je ne suis bon client d’aucun. Bigard et Dubosc, je dirais non. Je choisirais bien Virginie Hocq car c’est une femme. Mais sur scène, je n’ai vu que Jamel et Gad Elmaleh. Mais le plus drôle reste Jamel, et le plus pro, même un peu trop, c’est Gad Elmaleh. Avec le gros bémol que je les trouve tous très narcissiques. Et ce qui me fout le trac, c’est que je vais faire comme eux! (Rire.)« 

KROLL EN SCENE – Infos et réservations: http://www.voorire.be/spectacles/Kroll-10-dates-10-villes/31.html

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité