Dénoncer la fraude sociale en trois clics

Dumping social, travail au noir ou cohabitation illégale, le gouvernement a lancé un site web pour balancer ses concitoyens. Pas bien! 

isopix_21682117-004

En lançant ce lundi 5/09 sa plateforme « Point de contact pour une concurrence loyale », l’État entend inciter les Belges (avec un registre national) à dénoncer la fraude organisée et le dumping social. Mais il est fort probable que les citoyens signaleront plutôt des actes plus anodins, comme un voisin qui embauche une femme de ménage ou des ouvriers au noir. C’est qu’on ne tombe pas tous les jours sur un atelier clandestin qui fait bosser une centaine de travailleurs immigrés dans des conditions inhumaines.  

Ce site internet n’est toutefois qu’un moyen supplémentaire pour signaler des cas de fraude sociale, aussi légères soient-ils. L’État reçoit chaque année des milliers de dénonciations par téléphone, e-mail ou par la poste. 13.000 en 2014. Ce nombre devra certainement être revu à la hausse en 2015 puisqu’en sept heures de temps lundi, une cinquantaine de plaintes ont déjà été déposées via la nouvelle plateforme, en plus de celles transmises par les canaux ordinaires de signalement (même si ces derniers devraient être logiquement moins utilisés à l’avenir).

La différence fondamentale entre ces anciennes méthodes et la nouvelle est que désormais, l’État incite ouvertement les citoyens à se dénoncer. Est-ce réellement une bonne chose ? Et bien pourquoi pas… en cette période où l’économie n’est pas au meilleur de sa forme, où est le mal d’aller chercher l’argent là où il se trouve ? Au final, ça créera peut-être de l’emploi, déclaré cette fois, du pouvoir d’achat et l’État finira peut-être même par baisser le coût du travail. Bref, c’est tout bénef.

Sauf que… Pour peu que votre frère vienne vous aider à peindre votre façade, votre voisin pourrait penser qu’il s’agit d’un travailleur au noir et vous balancer sur le site! Vous ferez l’objet d’un contrôle et au lieu de régler le problème de la fraude, ce système ne ferait qu’induire un climat de méfiance permanent entre les citoyens. Cette initiative du secrétaire d’État à la Lutte contre la fraude sociale Bart Tommelein (Open VLD) est donc une belle idée, à condition que les internautes fassent preuve de jugeotes et qu’ils n’utilisent pas cette plateforme pour exprimer leur frustration en, par exemple, dénonçant un commerçant sous prétexte que sa boutique ferme trop tôt ou une ex qui cohabite de manière non-déclarée avec son nouveau mec.

Sur le même sujet
Plus d'actualité