New Order, nouvelle jeunesse

Icône du Manchester dance, le groupe revient. Et on adore.

neworder_photograph_creditnickwilson_mid

« La seule chose qu’on s’est dite avant d’entrer en studio, c’est qu’on allait faire un album dance, sans se soucier du reste » peut-on lire dans le communiqué de presse accompagnant « Music Complete », nouveau disque de New Order.  Et le groupe a tenu parole. Neuvième enregistrement studio de cette formation née en 1980 dans les brumes de Manchester sur les cendres de Joy Division, « Music Complete » représente un fameux tour de force.  Résolument électro, audacieusement hédoniste et joyeusement pop, il réussit en effet à évoquer les grands classiques de New Order (Blue Monday, Love Bizarre Triangle, Confusion, True faith) tout en  s’inspirant des disciples que le groupe a influencés.

On se réjouit ainsi de constater que les deux plages les plus formatées dancefloor (Singularity, Unlearn This Hatred) sont passées par les mains expertes de Tom Rowland des Chemical Brothers. Rowland et New Order s’amusent aussi sur l’hilarant Tutti Frutti. À mille lieues du standard rockabilly de Little Richards, leur Tutti Frutti à eux est une bombe italo-disco qui doit autant au Relax de Frankie Goes To Hollywood qu’aux Divas du dancing de Philippe Cataldo. C’est dire si nos amis jouent au yoyo avec le bon goût.

On est donc très loin du poussif « Waiting for the siren’s call » de 2005, album dont l’échec commercial avait presque poussés les Mancuniens à mettre la clef sous la porte. Dix ans plus tard, New Order a oublié ses règlements de compte avec son ex-bassiste Peter Hook parti faire du revival Joy Division et a surtout réintégré derrière les claviers la géniale Gillian Gilbert, épouse du batteur Stephen Morris. Spécialiste des versions maxi (Blue Monday reste toujours le titre le plus vendu de l’histoire dans ce format), New Order préfère cette fois offrir plus de chansons que de les rallonger. Ça nous vaut quelques gâteries particulièrement euphoriques comme ce poème rock récité par Iggy Pop (Stray Dog), la mélancolie cold-wave de Nothing but a fool ou encore la bulle de fraîcheur People on the high line chantée par Elly Jackson (La Roux). Leur meilleur album depuis « Technique » en 1989.

 > MUSIC COMPLETE, New Order, [PIAS]. Le 6/11 à l’AB, Bruxelles (complet).

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité