Trois raisons qui poussent les entreprises à sortir de Bourse

Pairi Daiza, l’armateur de bateaux CMB et le producteur de boissons Spadel ont décidé de quitter la Bourse. Selon l’économiste Etienne de Callataÿ, c’est notamment parce que la réglementation est trop contraignante.

isopix_21706139-011

Même si l’économiste Etienne de Callataÿ refuse pour l’heure de parler d’une « vague d’entreprises belges qui fuient la bourse », il admet que ce mode de financement n’est plus forcément idéal. Il avance 3 raisons. 

1. La Bourse est trop règlementée

La Bourse impose aux entreprises certaines lourdeurs administratives comme la réalisation d’un bilan trimestriel. Selon l’économiste, c’est logique puisque les petits actionnaires ne sont pas forcément bien informés, ni très riches. « Il n’empêche qu’être coté en Bourse est une contrainte qui peut coûter beaucoup d’argent aux petites entreprises qui préfèrent donc quitter le marché boursier. »

2. Certaines actions sont sous-évaluées

Les entreprises qui pensent que leurs actions sont sous-évaluées peuvent décider de racheter les parts des actionnaires minoritaires pour les revendre plus cher ultérieurement. Même si, selon Etienne De Callataÿ, les spéculateurs sont toujours perdants. « Acheter une action le matin pour la revendre l’après-midi en espérant faire un bon coup est un leurre. La littérature économique est quasi unanime : ça ne sert à rien, si ce n’est à enrichir les intermédiaires. »

3. Les entreprises ne veulent pas toujours maximiser leurs profits

« Une entreprise peut simplement vouloir se concentrer sur la qualité de leurs produits et services », explique l’économiste. Les bénéfices passent alors au second plan. Ce qui pourrait évidemment déranger les actionnaires. Dans ce cas, sortir de bourse est la décision la plus logique et honnête.

Retrouvez l’intégralité des explications d’Etienne de Callataÿ dans le Moustique du 23 septembre 2015.

Sur le même sujet
Plus d'actualité