Malaise après la publication d’un dessin dans Charlie Hebdo

Inspiré de la photo du petit Aylan échoué sur la plage, le dessin de Riss provoque de vives réactions.  

charlie

Après l’attaque qui a couté la vie à plusieurs dessinateurs, et une parenthèse durant laquelle le journal s’est attiré la sympathie d’un public qui ne le fréquentait pas, Charlie Hebdo refait parler de lui pour les mêmes raisons qu’il faisait parler de lui avant le 7 janvier. Avec un dessin représentant le petit Aylan, le journal repose les limites du dessin de presse. La preuve par cette vague d’indignation qui s’est déversée sur les réseaux sociaux, remettant en question la légitimité d’un tel dessin et relançant le hashtag “Je ne suis pas Charlie ».
 
Signé Riss, le dessin montre le corps d’Aylan échoué sur la plage, sous un panneau publicitaire pour Mac Donald précisant « Promo. Deux menus enfant pour le prix d’un”. Le titre: “Si près du but ». L’image est forte, trop forte pour certains qui ont dénoncé son mauvais goût. Elle s’inscrit pourtant dans une tradition – pour le coup très Charlie – de l’irrespect et d’un retournement de langage qui, en se moquant de l’horreur, veut dénoncer l’horreur. Cette double articulation du dessin de Riss, actuel directeur de la rédaction, n’a pas été comprise par tout le monde – c’est le risque avec ce genre d’image qui mise sur l’humour pour accuser le tragique.
 
Le dessin Charlie est si mal passé qu’il a inspiré Hank, dont la publication (“Le dessin de presse pour les nuls”) qui décrypte chaque élément de la composition de Riss est devenue virale. « N’oubliez jamais que vos yeux sont reliés à votre cerveau”, conclut l’exercice de Hank… Une façon de dire que, derrière une image, il y a tout une série d’éléments qui aident à sa lecture. Mais, visiblement, pour certains le dessin de Riss n’est pas assez lisible. D’où les accusations: “indigne”, “cynique”, « dégoûtant ». Une forme de violence qui nait du tabou. Celui qui veut que l’on touche pas à la mort d’un enfant.  

Sur le même sujet
Plus d'actualité